samedi 29 septembre 2012

On est toujours le Rom de son Arabe ou l’autodafé anti-Blanc légalisé


Marseille : "On s'est dit qu'il y avait trop de Roms", titre l’article du le Point, reprenant la belle phrase de Rashid le marseillais. Alors Rashid a appelé quelques frères à la rescousse et ils ont réglé le problème. Hitler, lui cramait les Roms, Rashid s’est contenté de brûler leur campement. Ainsi va la vie dans la belle cité phocéenne où il y a trop de Roms et, aussi quelques arabes. La sénatrice PS Samia Ghal a déclaré qu'elle "comprenait" la réaction des habitants face aux Roms. Alors, si les élus de la République comprennent, qui suis-je pour m’indigner ?
 
Il n’empêche qu’un précédent a été créé et qu’il va faire jurisprudence et, tache d’huile. Dans la France, désormais normale, il est autorisé de brûler le campement, la demeure, les tentes en dur ou en toile, en tôle et en carton, ou toute autre forme d’habitation, si la gueule de leurs habitants ne vous revient pas, avec l’approbation tacite des Pouvoirs publics et, sans craindre la moindre poursuite judiciaire.

Je m’interroge: cet autodafé - littéralement, destruction par le feu - ne serait-il pas la manifestation  du racisme anti-Blanc dont nous parle Copé ? Après tout, les Roms, bien que légèrement bronzés, mais d’un bronzage différent de celui de Rashid,  sont des ressortissants de l’Union Européenne, qui, jusqu’à preuve de contraire, sont en majorité blancs. Donc, pour poursuivre dans cette logique, le racisme anti-Blanc pourrait prendre d’autres formes. Exemple : une supérette casher de trop s’implante dans un quartier non-Blanc  à Sarcelles, alors on la fait sauter. Zut,  ce n’est pas un exemple mais un fait divers qui s’est déjà produit. Une école juive s’installe dans un quartier non-Blanc, alors on sort les allumettes et quelques substances qui attisent le feu. Il peut aussi arriver que tous les élèves ne soient pas sortis. Peu importe, on appellera çà une bavure.

Je délire, me direz-vous. Vraiment ?

vendredi 28 septembre 2012

Vous voulez une liste exhaustive de tous les ennemis d'Israël, lisez le Psaume 83


 Moins connu que les prédictions apocalyptiques sur Gog et Magog dans Ezéchiel (38-39), le psaume 83 פג PaG  est intéressant dans la mesure où il pointe du doigt tous les ennemis la  d’Israël. Ce psaume est récité lors du jeune de Gedalia qui marque l’assassinat du dernier Gouverneur de Judée, et la fin de toute souveraineté juive en terre d’Israël. Le Roi David demande à Hashem de punir ses ennemis mais aussi de les faire revenir à Lui. Citons les passages qui nous intéressent

Car voici, tes ennemis s`agitent, Ceux qui te haïssent lèvent la tête.
Ils forment contre ton peuple des projets pleins de ruse, Et ils conspirent contre ceux que tu protèges.
Venez, disent-ils, exterminons-les du milieu des nations, Et qu`on ne se souvienne plus du nom d`Israël!
Ils se concertent tous d`un même coeur, Ils font une alliance contre Toi;
Les tentes d`Édom et les Ismaélites, Moab et les Hagaréniens,
Guebal, Ammon, Amalek, Les Philistins avec les habitants de Tyr;
L`Assyrie aussi se joint à eux, Elle prête son bras aux enfants de Lot.

Qui sont-ils et quel est leur objectif ?

Moins connu que les prédictions apocalyptiques sur Gog et Magog dans Ezéchiel (38-39), le psaume 83 פג PaG  est intéressant dans la mesure où il point du doigt tous les ennemis la  d’Israël. Ce psaume est récité lors du jeune de Gedalia qui marque l’assassinat du dernier Gouverneur de Judée, et la fin de toute souveraineté juive en terre d’Israël. Le Roi David demande à Hashem de punir ses ennemis mais aussi de les faire revenir à Lui. Citons les passages qui nous intéressent
Leur premier objectif consiste à éliminer Israël et leur stratégie est double : d’abord les exterminer physiquement et les exclure territorialement, puis, faire en sorte que l’on ne se souvienne plus du nom même d’Israël. Comme le dit  si joliment Ahmadinejad : « effaçons-les de la carte du temps et du Livre de l’Histoire ». Passe encore l’envie furieuse d’anéantir les Juifs qui occupent, selon les ennemis d’Israël, la Terre promise (ne surtout pas lire exclusivement « Musulmans », il y en a bien d’autres qui se réjouiraient de la disparition physique d’Israël - il convient surtout d’effacer jusqu’au souvenir d’Israël.  Cela revient à provoquer  une amnésie collective, une perte de mémoire qui devrait se traduire par la disparition de tous les ouvrages qui traitent d’Israël et de tout ce qui s’y rapporte, mais aussi, de tout ce qui touche à Israël ou aux Juifs dans Recherche Google. Imaginez-vous : n’importe quelle recherche dans Google, Yahoo ou tout auteur moteur de recherche,  qui inclurait le nom d’ « Israël » donnerait : pas de résultat, effectuer une nouvelle recherche.  Ou alors, Google vous proposera de remplacer « Israël » par un mot approchant ; genre « Ismaël ».

On est toutefois en droit de se demander si c’est bien Israël qui est la cible prioritaire ou bien Celui qui les protège ? En effet le psaume 83 de préciser : ils font alliance contre Toi.

Les ennemis du Nom, de Hashém, font alliance contre Celui qu’ils haïssent parce que, dans leur naïveté et leur bêtise extrêmes, ils Le considèrent, non pas comme le D. Un unique ; donc par définition  aussi le leur, mais comme le Protecteur d’Israël. Annihiler Son peuple, revient à s’approprier dieu.. Il s’agirait  d’une forme de jalousie, ou, comme le diraient certains, de la recherche du père.

Ma thèse est confirmée par la dernière phrase du Psaume qui nous explique que l’objectif final de David est : Qu`ils sachent que toi seul, dont le nom est l`Éternel, Tu es le Très Haut sur toute la terre!

Le Psaume vise en effet, non seulement à demander le châtiment des méchants comploteurs, mais, faire en sorte à ce que ces haineux ignorants et jaloux, comprennent une fois pour toutes que le D. protecteur d’Israël est l’ETERNEL UN, et, qu’il n’y a pas à contester  Ses desseins.

Voyons maintenant quels sont les partenaires en présence :

Les tentes d`Édom, les Ismaélites, Moab,  les Hagaréniens, Guebal, Ammon, Amalek, les Philistins avec les habitants de Tyr. Et comme cela ne suffisait pas, l`Assyrie aussi se joint à eux, elle prête main forte aux enfants de Lot.

Commençons par les Philistins que le psaume associe aux habitants de Tyr. Les Philistins ont, tous temps, occupé une bande côtière le long de la Méditerranée, plus ou moins longue selon les époques mais guère plus large. La ville de Tyr ou Tsur, qui en hébreu et en arabe signifie la même chose, soit « Rocher » A noter que Tsur est l’un des multiples noms attribués à D. Tsur Israël, le Rocher d’Israël. 
La ville de Tyr au sud Liban existe depuis la nuit des temps. Y vivent aujourd’hui quelques 40.000 Libanais, dont un large contingent du Hezbollah. 
Le Psaume 83 associe les Philistins et les habitants de Tyr qui sont pourtant distants de quelques centaines de kilomètres. Éloignés géographiquement mais unis par la même volonté de détruire Israël, Le Hamas à Gaza, lire en terre de Philistin, est lié par le cœur au Hezbollah qui siège et sévit à partir du Liban. Donc, le roi David qui a vécu 10 siècles avant l’ère ordinaire, nous parle de l’actualité quotidienne au Proche-Orient, en insistant sur le lien étroit entre Les Palestiniens de Gaza et le Hezbollah au Liban, associé à la Syrie et financé par l’Iran.

Gebal, soit Jbeil en arabe et Byblos en grec, est située à au nord de Beyrouth. Il s’agit d’une des villes les plus anciennes du monde (-5000 ans avant l’ère ordinaire). Le roi David la considère au même titre que Tyr, associée aux Philistins et farouchement hostile à Israël

Les Ismaélites. Nous les connaissons bien, surtout si vous avez lu mon Essai « Ismaël et ses frères ». Ce sont les descendants du fils aîné et aimé d’Abraham et de Hagar, la servante de Sarah. Ils ont investi la Péninsule arabique et la plupart des Etats du Proche et Moyen-Orient jusqu'au confins de l'Inde. Leur rejeton le plus célèbre est Mahomet, dont les descendants et ceux qui se réclament de lui, ont fait une belle carrière, instaurant au passage une religion particulièrement intolérante, bien que largement inspirée par le Judaïsme. L’or noir qu’Allah a bien voulu enfouir dans leurs terres leur permettent de financer Al Qaeda et autres mouvements djihadistes de tout poil.

Les HagaréniensSont donc les fils de Hagar et leurs descendants. Mais il ne peut s’agir des enfants conçus par Abraham et Hagar. Nos sages, Ibn Ezra en particulier,  nous expliquent qu’après avoir été chassée par Abraham, Hagar eut un autre mari avec qui elle eut des enfants ; qui, par définition sont les demi-frères d’Ismaël. A ne pas confondre avec les frères d’Ismaël que mit au monde Ketoura, la femme qu’épousa Abraham après la mort de Sarah,  et que nos sages s’accordent à associent à Hagar.

La disproportion numérique entre les descendants de Hagar, qui sont légion, et le pauvre Itshak, fils unique d’Abraham et de Sarah, ancêtre des Hébreux est criante.  Citons Voltaire dans son dictionnaire philosophique à l’entrée « Abraham ».

Le fait est que la race d’Ismaël a été infiniment plus favorisée de Dieu que la race de Jacob. L’une et l’autre race a produit à la vérité des voleurs ; mais les voleurs Arabes ont été prodigieusement supérieurs aux voleurs juifs. Les descendants de Jacob ne conquirent qu’un très-petit pays qu’ils ont perdu ; et les descendants d’Ismaël ont conquis une partie de l’Asie, de l’Europe & de l’Afrique, ont établi un Empire plus vaste que celui des Romains, et ont chassé les Juifs de leurs cavernes, qu’ils appelaient la terre de promission.

Les Tentes d’EdomL’énumération des ennemis d’Israël dans le psaume 83 commence par Edom et plus précisément par ses tentes. Rappelons qu’à l’époque biblique, Edom est un peuple situé au sud-est d’Israël, soit dans le haut Néguev et dans la Jordanie actuelle. Ce peuple descend d’Esaü, le frère jumeau de Jacob/Israël, à qui il en veut à mort pour s’être fait chiper le droit d’aînesse.  Le Psaume mentionne les tentes d’Edom et les Ismaélites. Les tentes se rattachement donc à Edom et non aux Ismaélites, ce qui est bizarre dans la mesure où à cette époque, tous ce braves gens habitaient sous des tentes.  Pourquoi alors mentionner les tentes pour les Edomites seuls et pourquoi ne pas mentionner seulement Edom, comme sont mentionnés les autres peuples ? Qu’apporte le mot « tentes » ?

Je n’ai trouvé auprès des commentateurs aucune explication, je suis donc contraint d’en imaginer une. Les Edomites ou Iduméens selon certains - soit les descendants d’Esaü, dit Edom le Rouge - furent effectivement dans l’antiquité un peuple installé à  l’est et au sud de Beer-Shéva, mais, la tradition nous apprend que leurs descendants coopérèrent, sous le règne d’Hérode,  avec les Romains puis, oeuvrèrent à la grandeur de Rome, lire la Chrétienté, lire les peuples occidentaux qui s’en réclament. La tradition juive nous apprend que nous vivons encore sous l’exil d’Edom, qui sera le dernier des quatre peuples oppresseurs qui auront asservi Israël. Le Roi David, visionnaire, ne se contente pas de nous décrire la situation géopolitique de son époque, mais nous décrit, dans sa vision prophétique, la fin des temps, ou, pour ne pas chagriner certains, fait de la prospective. Les tentes d’Edom, à mon sens, ne désignent pas seulement les habitations précaires de cette peuplade du Néguev mais se rapportent aussi à toutes les demeures d’Edom par la suite, jusqu’à nos jours. J’aime assez cette explication qui cadre bien avec la puissance acquise par l’Occident-Edom. La Torah ne nous dit-elle pas : Une nation sera plus forte que l’autre et l’aîné (Esaü) servira le plus jeune (Israël). (Genèse 25 :23). La Torah manifestement fait référence aux temps futurs, dans la mesure où, depuis deux mille ans nous assistons exactement à l’inverse.

Moav et Amon  occupent à l’époque biblique la partie orientale du Jourdain. La capitale d’Amon fut jadis Rabat-Amon, comme l’est aujourd’hui Amman, la Capitale de la Jordanie. Donc rien de nouveau sous le soleil depuis l’époque du Roi David et bien avant lui, d’ailleurs. J’associe volontairement ces deux peuples car ils sont issus du même père. Dans la tradition juive ils sont nommés « fils de Loth ». La Genèse attribue à ces deux peuples des origines incestueuses; en effet, après la destruction de Sodome et Gomorrhe, les deux filles de Loth pensèrent à tort que, que l'humanité tout entière allait être anéantie et que c'était à elles de repeupler le monde. Elles enivrèrent leur père, couchèrent avec et devinrent enceintes. La plus jeune enfanta un fils, qu’elle appela Ben Ammi, soit « fils de mon peuple », d’où les Amonites. L’aînée enfanta aussi un garçon, qu’elle appela Mo’Av ; soit « de mon père ». Il s’agit des Moabites. Rappelons que Loth fut le neveu d’Abraham, qu’il quitta avec lui leur ville natale pour se rendre en Canaan. L’oncle s’installa à l’ouest du Jourdain et le neveu préféra la Transjordanie. La Torah clairement exclut Amon et Moav, pourtant cousins, de la communauté d’Israël.
Certains exégètes, dont je ne suis pas, associent Ammon et Moav au Cananéens, mettant tout ce beau monde dans le même sac. Le Roi David, qui reconnaissons le, connaissait bien les ennemis d’Israël, n’inclut pas les Cananéens dans sa liste et ne demande pas leur tête à D. Les Cananéens, dont sont issus les Palestiniens du Fatah (raccourci rapide mais pas vraiment inexact), ne sont ni les ennemis d’Israël, ni ses cousins non plus. Ils sont des voisins avec qui bon gré mal gré il faut s’entendre. A signaler, qu’à l’inverse de tous les autres peuples cités dans le Psaume, ils ne disposaient pas du temps du roi David d’une entité territoriale qui leur fut propre. De là à dire que les Cananéo-palestiniens n’ont jamais existé en tant que peuple et Etat constitué, il n’y a qu’un pas que je franchis allègrement. De cette évidence découle d’ailleurs tous les problèmes que nous connaissons aujourd’hui : La Palestine dont on nous rabat des oreilles ne peut exister que dans le territoire des Philistins (voir plus haut) et certainement pas en Cisjordanie.

Revenons aux neveux Ammon Moav et à tous les autres cousins qu’a pu connaitre Israël ou qui se réclament d’une parenté avec lui, et disons tout net : Israël n’a pas de cousins, ni des neveux, ni des frères et pas de sœurs. Il est fils unique et entend le rester. Les Musulmans ont beau se réclamer d’Abraham qui, selon eux, fonda la Mecque, les Chrétiens ont beau prétendre que leur prophète descend du roi David, par un père charpentier, Joseph, qui techniquement ne pouvait pas être son père. Tous ceux qui peu ou prou réclament une filiation avec Israël ne sont pas Israël et, par conséquent, n’ont aucune part dans son destin ou sa trajectoire.

Amalék ou la tribu des nomades Amalécites attaque les Hébreux dans le désert du Sinaï aussitôt après l'Exode d'Égypte, en s’en prenant en priorité aux faibles et aux traînards. Plus tard, le roi Saül  épargné Agag, descendant d’Amalék, ce qui lui vaudra de sérieux ennuis.  Les exilés du premier Temple, nous raconte le Livre d’Esther, faillirent être exterminés par  Haman, fils de Hamedata, descendant d'Agag.

En fait Amalék  représente l'ennemi archétypal des Juifs quel que soit l’époque et le lieu. C’est de cet Amalék là que parle le Roi David, celui de son époque, des époques qui l’on précédé et surtout de celles qui suivront. Il ne s’agit pas d’un quelconque chef bédouin mafieux du Sinaï mais de tous les ennemis irréductibles d’Israël et des Juifs à travers le temps et l’espace.

Sur ce,  et comme si cela ne suffisait pas, voilà que l’Assyrie se joint à tous les protagonistes cités pour leur prêter main forte. L’Assyrie a contrôlé des territoires immenses qui s’étendaient sur tout ou partie de l'Irak, la Syrie, le Liban, la Turquie et l'Iran. Les ennuis des Hébreux commencent quand Salmanazar V (727-722) détruit le royaume d’Israël et exile les 10 tribus. Aujourd’hui, près de 3000 après, l’Assyrie moderne composée de l’Iran de la Syrie du Liban et du Hamas menace de rayer Israël de la carte.

Qu’est-ce qui a changé fondamentalement entre l’époque davidienne et notre époque ? Absolument rien ! Le Psaume 83 nous fournit la liste exhaustive des ennemis d’Israël, ceux qui le ceinturent aujourd’hui et ceux qui leur viennent en aide. Ces derniers, je veux parler de l’Assyrie-Iran qui œuvre à sa destruction, et d’Edom-Amalék, couard et indifférent au mieux, objectivement associé,au pire, par sa passivité aux pires ennemis d’Israël.

Merci Melekh David pour ta liste exhaustive de nos ennemis d’hier et d’aujourd’hui et pour ton esprit prophétique; On attend impatiemment ton successeur. 



jeudi 20 septembre 2012

Occupez-vous de vos fesses, Mister Obama


Mohammad a dit: « il n’est absolument pas permis de se prosterner pour un autre qu’Allah. Si je devais ordonner à quelqu’un de se prosterner pour un autre qu’Allah, j’aurais ordonné à la femme de se prosterner devant son mari. Et le prophète interdit à Mou‘âdh de se prosterner devant lui lorsque celui-ci dit que les gens du livre (lire, les juifs) se prosternaient pour leurs chefs, puis il cita le hadîth précédant et l’interdiction absolue de se prosterner pour un autre qu’Allah ».

J’en conclus que Barak Hussein Obama a dû oublier quelque peu les enseignements coraniques qu’il a reçus dans son enfance. Ces choses là s’estompent en prenant de l’âge et des responsabilités.

En s’inclinant de tout son corps, + génuflexion, devant le roi Abdallah en signe de respect, et quelque part….. de soumission, il trahit l’esprit et la lettre du Coran; inadmissible pour un Musulman éduqué et même pour un non musulman. C’est sans doute pour ça que le roi et le dignitaire saoudien qui se trouve à droite, se retiennent de rigoler, ce qui n’est pas le cas de Sarkozy qui se marre tant qu’il peut. 


J’avais écrit ce texte en 2007. Vous voyez cela ne date pas d’hier. L’esprit ambiant ayant évolué depuis cette époque, je me dis que le Roi d’Arabie a dû vraisemblablement penser : « si tu m’embrasses la main, tu pourrais aussi bien embrasser mon c… »

N’étant pas un journal satirique, je ne peux me permettre d’écrire des grossièretés, ni de les illustrer. Cependant si vous voulez cependant connaitre le fonds de ma pensée, cliquez donc sur cet article du Point qui vous fournira tous les détails requis.

Mon cri de gueule se justifie par l’indignation d’Obama quant à la satire de Charlie Hebdo sur Mahomet.   La Maison-Blanche a mis en doute mercredi la décision de l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo de publier des caricatures du prophète Mohammed. "Nous avons des questions sur le jugement qui a conduit à publier de telles choses", a déclaré le porte-parole du président Barack Obama, Jay Carney. Nous savons que ces images seront très choquantes pour beaucoup de gens" et pourraient provoquer des réactions violentes, a encore expliqué le responsable ».

Furieux, Obama: oser toucher à sa prophétique idole le met dans tous ses états et lui donne l’occasion, une fois encore, de zapper sur l’Iran qui se nucléarise et sur le Syrie qui se chimise. Une aubaine! Distant de  6000 km du siège de Charlie Hebdo, sis dans le plus grand pays musulman d’Europe occidentale, Obama vocifère, et ses protestations sont relayées dans le monde entier. Mais occupez vous de vos fesses, Mister Obama. Occupez vous plutôt de l’Innocence de l’Islam, de ses auteurs, acteurs et producteurs et laissez la France gérer ses affaires intérieures et permettez à Charlie Hebdo, qui se met à la place du prophète Mahomet de s’interroger : "Et mes fesses ? Tu les aimes, mes fesses ?"


Alors, à mon tour de m’indigner, non pas sur le Mahomet paraplégique sur la couverture de Charlie Hébdo, mais sur la caricature du Hassid qui pousse la chaise roulante. Non, tous les Haredim de Bnei Brak et d’ailleurs, ne sont pas au service, et à la solde des Musulmans, comme le sont les Neturey Karta qui embrassent Ahmadinejad sur la bouche, en attendant de lui embrasser le postérieur.



De quel droit Charlie Hebdo caricature ainsi les Juifs pratiquants qui portent cafetan, chapeau à larges bords et papillotes ?  J’en appelle donc à la révolte des Juifs en général et des Harédim en prticulier, directement visés par le journal satirique !! Non pas pour bruler des Ambassades, Has Vé Chalom (que dieu nous en garde), mais pour redoubler de rugissements en ces Jours Redoutables (voir mon article précédent) auprès de notre Père, notre Roi. Qu’il châtie les méchants et récompense les Justes, comme il est marqué dans le Psaume 83, que l’on lit au jeûne de Guedalia, dont je vous entretiendrais, B.H. dans un prochain article.

























dimanche 16 septembre 2012

5773, l’année où le lion rugira! Celui de la Perse ou celui de Judée ?



Le décompte de l'année juive, s'obtient par addition des générations depuis le premier homme et non, contrairement à ce que l’on croit généralement ; depuis la création du monde. Adam fut donc créé il y a 5773 ans. Et nous entrons donc B.H dans l’année TASHA’’G  ג" תשע

En hébreu, il n’y a qu’un pas – et une lettre – entre Tash’ag avec Aïn et Tash’ag ou Tish’ag avec Alef, et deux mots se prononcent de la même façon ; du moins par les Juifs qui n’ont pas eu le bonheur de  naître Yéménites ou Marocains. 

Tish’ag en hébreu signifie « rugira ». Or quel est l’animal à qui s’applique en priorité le verbe « rugir ? Le lion bien entendu. Il existe d’ailleurs en Israël une Yeshiva  sympathique qui se nomme Shaagat Arié ; soit le rugissement du Lion.

Nous entrons donc, non seulement dans l’an 5773 mais aussi dans l’année du rugissement du Lion. Le lion est le symbole de Yéhouda, me direz-vous. Exact, de Yéhouda, le frère de Joseph et ancêtre du Messie à venir, du royaume de Yéhouda (Judée) et, par voie de conséquence, des Yéhoudim (Juifs)  et d’Israël.

Oui, mais pas seulement, le Lion, de tous temps a symbolisé la Perse. Du moins jusqu’à ce que Jimmy Carter, le plus mauvais président qu’ait connu l’Amérique, après Obama, bien entendu,  ait installé sur le trône d’Iran l’Ayatollah Khomeiny. Le rugissement des lions a laissé la place au rugissement mauvais des Ayatollahs, Ahmadinejad et consorts.

La nouvelle année étant placée sous le signe du rugissement du Lion, prions pour que la Perse retrouve son symbole perdu, et que le rugissement du Lion de Yéhouda l’emporte définitivement sur le rugissement de l’Iran