jeudi 29 août 2013

Obama, en partant en guerre au nom de la morale, libère la boite à Pandore

Pourquoi diantre les Etats-Unis attaqueraient en Syrie ? Je ne vois qu’une raison : parce qu’Obama n’aime pas Assad. Et pourquoi ne l’aime t-il pas ? Parce qu’Assad aurait franchi une ligne rouge qu’Obama s’est tracée : l’emploi de gaz, au lieu d’armes conventionnelles, classiques, propres, quoi ! Qu’Assad massacre tout ce qui bouge ne pose aucun problème métaphysique à Obama, mais qu’il le fasse hygiéniquement, sinon il devra recevoir … une petite fessée pour lui apprendre à vivre et à tuer de manière conventionnelle, comme tout le monde, en quelque sorte.

En quoi consiste la fessée qu’envisage Obama ? A bombarder quelques casernes, aéroports et entrepôts d’armes. Certes pas les entrepôts d’armes chimiques parce que l’on ne connait jamais la direction et la vitesse du vent. Delà à ce que les gaz pulvérisés aillent tuer encore plus de Syriens que ne peut le faire Assad, il n’y a qu’un pas. Éradiquer les palais des mille et une nuits du dictateur ? Certainement pas, la punition porterait atteinte à son honneur.

Obama se comporte comme une Maîtresse d’école maternelle qui expliquerait à ses marmots turbulents  que, bien sûr, on peut se bagarrer, mais, jamais des coups sur la tête. Des leçons de morale en guise de politique étrangère ! Absurde, inefficace mais surtout porteur de lourdes incertitudes quant à la contre réaction de l’élève puni et des petits voyous de sa bande.

Petit retour en arrière qui montre, n’en déplaise à BHL, que les expériences précédentes en Irak, Libye et Egypte ont prouvé que les nouveaux régimes ont été pires que ceux qui les ont précédés. L'Irak est devenu une colonie iranienne, la Libye a été annexée par Al-Qaida, qui l'utilise comme base pour répandre ses djihadistes à travers toute l'Afrique, voire plus loin, et l’Egypte a failli basculer dans les bras des Frères Musulmans, n’eut été la sagesse du peuple égyptien.

La maîtresse d’école soucieuse de morale, en ouvrant la boite à Pandore  va  libérer une suite d’événements certainement nocifs et difficilement  contrôlables. Sachant que  tous les scénarios peuvent être envisagés,  je n’en explorerai aucun.

Pour ma part, je préfère le statu quo du régime laïque d’Assad qui n’a pas permis qu’un seul coup de feu soit  tiré sur Israël, et ce depuis 1973, à la prolifération  de Mahométans djihadistes au nord de la frontière israélienne. Par ailleurs, je ne peux concevoir que l’on parte en guerre pour des raisons morales; il y a tellement de bonnes/mauvaises raisons pour le faire.


Je forme le vœu, à la veille de cette nouvelle année, pour que les méchants, les imbéciles et les fous - réchaïm, métoumtamim et mechougaïm, ça sonne mieux en hébreu - gardent fermée leur boite à Pandore, et, si jamais elle s’ouvre, qu’elle n’entraîne qu'eux dans son explosion..

samedi 24 août 2013

En Egypte c’est plutôt l’Islam que la Confrérie des Frères Musulmans qui a du plomb dans l’aile, n'en déplaise à Obama et consorts

Que démontrent la déroute et le rejet des Frères Musulmans par la très grande majorité des Égyptiens ? Une chose très simple : c’est que c’est bien l’Islam,  son dogmatisme,  son intolérance, son refus de permettre aux Égyptiens de mener la vie qu’ils souhaitent, qui est rejeté par le peuple. Certes les Égyptiens sont dans leur grande majorité musulmans mais d’une religiosité tranquille qui s’est fort bien accommodée d’un régime nationaliste mis en place par Nasser et poursuivi tant bien que mal par ses successeurs. En fait l’Egypte est à la recherche d’un nouveau leader, d’un Chavez égyptien qui rende à son pays son honneur et sa dignité plutôt que de barbus rétrogrades qui étouffent la population par le l’application de la Charia. Dans le pays arabe le plus peuplé du monde musulman c’est l’arabisme voire les aspirations panarabistes nassériennes qui ont su réellement galvaniser les foules et jamais le Mahométisme.

Les Frères musulmans ont cru pouvoir récupérer le mécontentement des bobos de la Place Tahrir que l’on a baptisé pompeusement le « Printemps arabe » en se prêtant à toutes les mascarades pour rassurer l’Occident ; y compris des élections, soi disant démocratiques. Rien n’y a fait. Le Peuple a vite compris à qui il avait à faire et s’est jeté dans les bras du premier Bonaparte venu, à charge pour lui de débarrasser l’Egypte de tous ceux qui aspirent à rééduquer le Peuple, façon Livre Rouge ou Coran.

A cette thèse vous pourriez me rétorquer: pourquoi l’Arabie saoudite, le pays le plus vigoureusement musulman de la Planète, assiste les Militaires et non les Frères Musulmans ? La réponse est politique et non religieuse : l’Arabie saoudite ne veut surtout pas être à son tour contaminée par la vague révolutionnaire frériste et autres semeurs de désordres.  Si le prince Saoud al-Fayçal accuse officiellement les Frères "d’incendier des bâtiments publics, d’amasser des armes et d’utiliser des femmes et des enfants comme boucliers humains dans une tentative de gagner les faveurs de l'opinion publique", ses arrières pensées sont purement politiques. Et si le Qatar soutient les Frères Musulmans - de plus en plus mollement d’ailleurs après le changement de dynastie - c’est parce que dans cet Émirat minuscule, un Printemps arabe est absolument improbable.

Si un pays arabe de 84 millions d’habitants où plus de 90 % de la population est officiellement musulmane rejette dans sa très grande majorité avec tant d’ardeur la mouvance islamiste représentée par les Frères Musulmans qui comptent quand même à leur actif une action sociale non négligeable, cela signifie qu’il s’agit avant tout du rejet de la doctrine et les méthodes qu’ils véhiculent que de la Confrérie en soi.

Si  les occidentaux acculturés et suicidaires pensent que l’Islam véhiculé par les Frères est une version soft du Mahométisme, les Égyptiens eux, savent, depuis toujours, donc bien avant que la Confrérie ne prenne le pouvoir,  que l’Islam qui leur sera imposé par les Frères ira à l’encontre de leurs souhaits de modernisme et de liberté. Qui faut-il croire ? Ceux qui connaissent l’air et les paroles de la chanson ou le clown qui siège à la Maison Blanche dont le principal objectif dans la vie est d’améliorer son handicap au Golf et qui croit toujours ce qu'on lui a appris dans la madrassa de son enfance.

La France-Arabia devrait plutôt écouter la voix des Égyptiens qui savent ce que l’Islam et ses dangers veulent dire, plutôt ses Politiciens et Politiciennes de Gauche qui conduisent notre pays au désastre.

mercredi 21 août 2013

"En 2012, 52 000 soldats effectuant leur service militaire obligatoire ont présenté une demande d'aide financière pour tenter de sortir de la pauvreté" : Le Point.


  1. N’en déplaise à ceux que mon précédent article - ou plutôt le titre - a choqué : « archi-faux, paternaliste, blessant, infamant », je compte bien persévérer dans la même voie. Parce que c’est vrai et effectivement révoltant que les soldats de Tsahal perçoivent une solde qui ne leur permet pas d’acheter un paquet de cigarettes par jour, et qu'il faut tenter de remédier à cette injustice en mettant la main à la poche. 

Il est de bon ton de s’apitoyer sur le sort des Collelman et des Ba’hourey Yeshivot qui « crèvent la dalle », mais ceci sera l’objet d’un autre article qui traitera des revenus mensuels comparés entre ces derniers et les conscrits de Tsahal.

En attendant je vous livre un extrait d’un article rédigé par Danièle Kriegel - qui sait de quoi elle parle - publié dans le site du Point en date du 9 Juillet 2013 et vous invite à le lire en entier. J'ai estimé dans mon article précédent que le tiers des conscrits israéliens ne pouvaient s'adresser à papa-maman pour arrondir leur solde; vous constaterez que je ne m'étais guère trompé.

« C'est un " post" sur Facebook qui a donné l'alerte. Un jeune Israélien racontait qu'il avait dû interrompre son service militaire pour aller travailler en usine. La raison ? Une dette de plusieurs dizaines de milliers de shekels à un opérateur de téléphonie mobile. Le réseau social s'est enflammé et d'autres témoignages sont très vite apparus. Comme celui d'un militaire originaire du Brésil devenu... SDF !
C'est la réalité. En Israël, depuis quelques années, les histoires de jeunes du contingent en difficultés socio-économiques se multiplient. La plupart du temps pour la même raison : des sommes énormes dues à leur opérateur de téléphonie mobile. En 2012, 52 000 soldats effectuant leur service militaire obligatoire - un tiers du nombre total - ont présenté une demande d'aide financière pour tenter de sortir de la pauvreté. Cette même année, parmi les militaires condamnés pour désertion, 55 % ont expliqué leur geste par des raisons économiques. Et 70 % d'entre eux avaient de grosses factures de portable impayées depuis des mois, que leur maigre solde - de 352 à 1 000 shekels (75 à 212 euros) par mois selon les unités - rendait impossibles à couvrir. D'autant plus que les compagnies de téléphonie mobile n'y vont pas par quatre chemins : deux factures de 250 shekels (53 euros) non payées et c'est la lettre d'avocat, ce qui, avec les frais, fait monter la note à 7 000 shekels (1 485 euros). Très vite, on peut passer à la saisie automatique du salaire et même à l'interdiction de quitter le territoire »…..

Je vous invite aussi, si vous comprenez l’hébreu, à écouter la vidéo sur le reportage effectué par la télévision israélienne Arouts 2  sur ce sujet, ou à demander à un hébraïsant de vous la traduire. 

lundi 19 août 2013

Les soldats de Tsahal sont les plus pauvres de toutes les armées du monde

Savez-vous combien gagne un  conscrit israélien ? La réponse est, indécente : 352.50 shekels par mois ! S’il fait partie des unités combattantes, son salaire est doublé soit 700 shekels. Fort compréhensif, Tsahal alloue 43.50 shekels supplémentaires aux soldates pour l’achat de produits d’hygiène. Des études comparatives ont montré que le salaire moyen d’un soldat israélien qui ne sert pas dans des unités combattantes- en hébreu cela s’appelle un Jobnik - s’élève en moyenne à 1300 dollars/an (2200 s’il en fait partie). Ce chiffre est à rapprocher de la solde d’un soldat chinois qui lui gagne 1600 dollars par mois. Il serait indécent de citer la solde d’un soldat anglais, canadien ou américain. Cela signifie en clair qu’un soldat de Tsahal dispose de moins de 3 Euros par jour pour s’acheter un paquet de cigarettes ou un sandwich quand il se rend à sa base. A signaler que la solde des appelés n’a pas été revue depuis …. 2002.

J’ai voulu croiser ce calcul avec d’autres données : sachant que le Ministère de la Défense admet que le budget alloué aux conscrits s’élève à 800 Millions de shekels et qu’il y a environ 150.000 conscrits, la solde moyenne du bidasse israélien, combattant ou non combattant est de 5333 shekel par an, soit 1441 dollars, ce qui conforte le chiffre de 1300 dollars cité plus haut.

Quatorze mille soldats sur les 150.000 d’appelés que compte Tsahal  passent chaque année par la case prison. 70 % d’entre eux sont condamnés pour désertion. Tsahal admet que la plupart des cas de désertion s’expliquent par la nécessité impérieuse de travailler pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille. Il faut savoir que 50 % des soldats d’origine éthiopienne sont incarcérés chaque année dans les prisons militaires. Ils ne sont pas tous mauvais tout de même !

Le seuil de pauvreté touche toutes les unités de Tsahal jusqu’aux plus prestigieuses. Ce sont les Commandants d’unités qui sont confrontés journellement à ce phénomène. Un capitaine de vaisseau témoigne : « sur un bateau qui comporte 20 hommes d’équipage, 60 % d’entre eux ont recours à des aides, sans compter, ce qui est pire, ceux qui n’osent pas demander ». Lorsqu’ils ne sont pas en opération, les officiers passent jusqu’à 80 % de leur temps à faire les assistantes sociales, lorsqu’ils ne glissent pas un billet de 100 shekel dans le sac de leurs soldats les plus nécessiteux.

Bonne nouvelle : le ministre de la Défense Bogy Ayalon a décidé d’augmenter de 17 % pour 2014 la solde des appelés qui recevront ainsi royalement 70 shekels supplémentaires chaque mois. Chaque soldat disposera ainsi d’un supplément de 0.50 euros par jour. En attendant 2014 il leur faudra se serrer la ceinture.

Entre 16 et 18 ans les gamins israéliens qui ne sont plus scolarisés gagnent, en travaillant de ci de là, quelquefois avec beaucoup de réussite (j’en ai connu) beaucoup plus que les 350 malheureux shekels qu’ils percevront à l’armée, ce qui implique qu’en intégrant l’armée à 18 ans révolus ils basculent sous le seuil de pauvreté.

Il y a bien sur les fils à papa pour qui l’incorporation ne pose aucun problème financier et, il y a les autres : ceux que la famille ne peut pas aider mais au contraire a besoin des revenus que leurs fils ou leurs fille pourraient engendrer pour faire tourner le foyer. Combien de soldats font partie de cette dernière catégorie ? Je n’ai évidemment pas les moyens de le savoir mais en croisant différentes données socio-économiques, on peut estimer que cela concerne allègrement un tiers des conscrits.

Cinquante mille jeunes israéliens, au bas mot,  qui contribuent à la défense d’Israël en servant dans Tsahal, fierté des juifs du monde entier, basculent du jour au lendemain dans un état de pauvreté et de honte à l’être. Je veux aussi croire que beaucoup d’ Israéliens qui ne servent pas dans l’armée - je ne parle pas des Harédim évidemment - le font pour des raisons économiques et non pour tirer au flanc.

J’ai pris conscience de ce pur scandale en visionnant une émission TV sur la Chaîne israélienne. Une recherche rapide sur les sites israéliens m’a permis de réunir les données statistiques. Et j’ai eu la nausée en imaginant la détresse de ces mômes  et les conséquences qu’une telle situation peut engendrer pour certains d’entre eux.

Des conscrits de 18, 19 et 20 ans ne peuvent et ne savent pas organiser des Lobbying qui plaident leur cause. Ils ne savent pas, comme d’autres, envoyer des messagers barbus et chapeautés récolter des dons en Diaspora. Ils n’ont pas été formatés pour ça. Qu’un conscrit chinois touche plus qu’un conscrit israélien m’a indigné. L’armée d’Israël est confrontée, chacun le sait, à des tas de problèmes et je ne prétends pas que le problème que j’ai soulevé est moins prioritaire. Il l’est tout autant sinon plus mais c’est aux Juifs de Galout de mettre la main à la poche. Eux qui ont la chance d’envoyer leurs enfants à la Faculté à l’âge où les jeunes israéliens partent connaitre la pauvreté en faisant leur devoir envers leur pays.

A ce stade je ne connais pas les Associations qui assistent les conscrits israéliens. Je compte bien m’y atteler pour les dénicher et B.H vous en informer dans un prochain article.


Les sites que j’ai consultés (en hébreu)  sont les suivants; ainsi vous pourrez aussi vérifier mes chiffres. Il y a en particulier une vidéo à ne pas manquer.




mercredi 14 août 2013

Le Sabbataïsme et la ségrégation anti-Sépharade fleurissent dans les milieux religieux en Israël


Qu’est-ce qui caractérise le Sabbataïsme ; vous savez, ces messies dévoyés, Sabbataï Tsvi suivi  par Jacob Franck,  qui ont bouleversé le paysage juif au XVI et XVII siècle?

Sans faire œuvre d’érudition (pour cela il faut vous reporter aux ouvrages de Gershon Scholem et d’Elie Shaï sur le Sabbataïsme) on pourrait dire, en schématisant, qu’un faux messie présente, entre autres, les caractéristiques suivantes :

- C’est un érudit en Torah, avec une préférence marquée pour la cabbale et autres écrits ésotériques qui permettent de raconter à peu près n’importe quoi puisque de toute manière le juif lambda n’y comprend rien.

- Il est hautement charismatique, beau parleur, sachant séduire, entrainer les foules et les influencer au point de leur faire perdre tout jugement

- Il est psychologiquement dérangé et possède, soit une libido hyper active comme Jacob Franck qui adorait organiser des orgies, soit éteinte comme Shabbtaï Tsvi,  qui aurait été abusé sexuellement dans son enfance, ce qui aurait laissé des traces sur sa virilité

- Il abonde à mêler dieu à ses perversions, faisant croire à ses victimes sexuelles qu’il n’abuse point d’elles mais, au contraire, les entraine vers des hauteurs extatiques, car il est bien connu que le bien ne peut sortir que du mal ; ce qui permet au passage de travestir les écrits Lourianiques.

Si en Occident cela s’appelle des Gourous, travestissant ainsi un mot sanscrit tout à fait laudatif qui signifie » enseignant » ou « celui qui dissipe les ténèbres » ; chez les juifs ils portent le nom de « Rabbi ».

Deux faits divers ont semé quelque émoi  récemment en Israël. L’un, fortement relayé par la presse: le  fort célèbre et charismatique Rav Mordekhaï Elon qui, après des années de procédures, a été condamné pour abus sexuels sur un élève mineur et devrait purger une peine de prison, et l’autre, moins médiatisé concerne le Rav Eliezer Berland.

Le Rav Berland fondateur du Mouvement et de la Yéshiva Shuvou Banim tendance Breslav et, inspirateur du pèlerinage sur la tombe de Rabbi Nahman, est lui fortement suspecté par la Police israélienne d’abus sexuels sur des jeunes filles mineures. Cette année il ne se rendra pas comme à son habitude à Ouman  en Ukraine, puisqu’il s’est réfugié au Maroc, havre de paix et de tranquillité pour prédateurs sexuels et autres dévoyés. Comme les ennuis arrivent toujours en escadrille ; la police israélienne a également arrêté son fils, Rav Nahman Berland, en compagnie d’autres membres de Shouvou Banim pour magouilles financières pas très casher.

Ces choses là arrivent, mais ce qui me pose problème c’est que

- Malgré les faits avérés, la popularité de ces rabbanim ne faiblit pas ;  leurs fans et affidés continuent à les suivre, à les vénérer et à boire leurs paroles ; au point que des voix s’élèvent en Israël pour interdire au rav Elon de continuer à donner des cours en public, et que des hassidim de Rav Beralnd préfèrent se rendre à Ouarzazate plutôt qu’à Ouman, pour être à proximité de leur maître.

- Ces rabbins se drapent de phrases ésotériques et absconses pour justifier leurs actes, remerciant le Ciel pour les épreuves qu’Il leur fait endurer (alors que les épreuves ce sont plutôt leurs victimes qui les ont subies), sans exprimer ni regret ni remord. Ceci sans doute pour envelopper leur comportement d’une sainteté que le commun des mortels ne peut comprendre mais justifierait  leurs agissements.

Et c’est ainsi que le Sabbataïsme pas messianique pour un sou mais extrêmement libidineux renaît de ses cendres qui sont encore toutes chaudes, sous couvert sainteté rabbinique qui peut tout se permettre puisqu’elle s’incarne chez un individu vénéré et manipulateur appelé Rav ou Rabbi.

Il serait quand même largement temps que les Juifs manifestent un peu de discernement et  ne confient plus leur destin à ce genre de charlots pervers.

Dans le registre de la perversité, je note aussi que le racisme dans les milieux Haredim ashkénazes à l’égard des Séfarades ne faiblit en aucune façon ; le quota de filles d’origine sépharade dans les écoles religieuses managées par des Ashkénazes ne dépasse toujours pas les 20 % et les étudiants sépharades - même les plus brillants -  qui veulent intégrer les grandes Yéshivot sont refoulés.

La société israélienne qui a œuvré depuis la création de l’Etat à gommer cette scandaleuse xénophobie, et qui a plutôt bien réussi, butte sur la marche des Yéshivot où l’on préfère intégrer deux étudiants ashkénazes médiocres plutôt qu’un sépharade doué. 

jeudi 8 août 2013

Depuis 2000 ans l’Europe a battu tous les records d’ignominie envers des Juifs... et continue

Depuis deux mille ans, l’Europe a battu tous les records d’ignominie à l’encontre des Juifs. En l’an 70 Titus le romain, a détruit  le Temple de Jérusalem, puis a passé la balle à ses successeurs, à charge pour eux de rivaliser d’imagination pour opprimer et  tenter d’anéantir les adeptes de la « religion humiliée », comme l’écrit Yéhouda Halévy dans le Kouzari. Il n’est pas nécessaire de passer en revue les sévices qu’infligèrent les papes, les rois, plus ou moins chrétiens, et leurs ignobles sbires, il suffit de faire un saut de puce de 2000 ans dans le temps pour considérer les sanctions que veut infliger l’Union Européenne à Israël. Précisons que ces sanctions, soit-disant économiques, débuteront en 2014 et se prolongeront jusqu’en 2020. Pourquoi pas 2050 ou 2100, allez savoir !!

Pensez-vous qu’il s’agisse réellement de sanctions économiques à l’encontre des territoires dits "occupés" situés au-delà d’une Ligne verte  - verte comme l’est la couleur de l’Islam - que nenni. Il s’agit une fois encore d’humilier, comme jadis, l’Etat juif en lui faisant comprendre qu’il n’est maître ni de ses frontières ni de son destin, que sa souveraineté dépend des Européens comme au temps du Mandat britannique, ou pire encore, comme au temps jadis où le bourgmestre fixait les limites du Ghetto, définissait le numerus clausus de Juifs acceptés à l’Université (dans la configuration actuelle, l’Université d’Ariel, située hors de la Ligne verte, n’aura pas droit aux bontés de l’UE).

Par un pied de nez à l’Histoire, les adeptes de la religion humiliée ont à jamais quitté la Pologne, la Hongrie, la Lituanie, le Portugal et même la Suède, pour ne citer que quelques uns des membres distingués de l’UE ; mais celle-ci ne considère pas pour autant qu’elle n’a plus rien à dicter à ces (ses) Juifs. Alors elle leur fait remarquer que la ville de Jérusalem que les juifs s’entêtent à considérer comme leur Capitale, n’est pas leur Capitale et  que les frontières de leur Etat sont à géométrie variable. Or la géométrie variable permet de réduire un espace à un point infinitésimal, autrement dit à la disparition pure et simple de l’Etat d’Israël.

L’Union Euro-Arabia comme l’Arabia sans union, représentée par  tous les pays musulmans qui la composent, n’ont toujours pas digéré la création de l’Etat d’Israël. Celui-ci est, selon le nouveau président de l’Iran Hassan Rohani, « un corps étranger qui devrait être extirpé de la région, une blessure qui doit être nettoyée ». L’UE se propose, pour commencer, de cautériser la plaie que constitue toutes les implantations juives situées hors de la Ligne Verte, avant de passer à la chirurgie lourde afin de faire disparaître le « corps étranger ». Il est illusoire de penser que les Européens sont plus modérés envers Israël que ne le sont les Musulmans; la tache bleue azur que représente l’Etat juif dans l’océan vert-Islam les perturbe tout autant que les mahométans. Deux mille ans de mépris envers « la religion humiliée » n’ont pas été digérés, et peu importe l’habillage démocratique et soi-disant éclairé qui a remplacé les potentats chrétiens.


Cela est largement démontré par le timing qui préside à ces sanctions européennes : au moment où John Kerry tente de relancer le dialogue judéo-cananéen, l’UE édite des diktats qui devront précisément être négociés par les deux camps. Qu’importe ce qui sortira de ces négociations, disent les Européens, il faut avant tout cautériser, amputer, démembrer ; l’UE connait mieux que les Palestiniens l’art et la manière de traiter les Juifs félons. N’a-t-elle pas deux mille ans d’expérience à faire valoir ?

lundi 5 août 2013

DSK, Gouverneur de la Banque centrale d’Israël. Logique, il n’y a plus de cadavres à sortir du placard.

Pourquoi Netanyahou peine à ce point pour nommer un Gouverneur de la Banque Centrale d’Israël ? Parce que dès qu’un Gouverneur est nommé ou pressenti, un cadavre sort du placard. Petits cadavres, il est vrai, mais néanmoins suffisants pour décourager les prétendants. La solution à ce problème me parait limpide : nommer au poste de Gouverneur quelqu’un dont les cadavres sont déjà sortis du placard ; et de préférence des cadavres largement médiatisés. De ce fait il n’y aura rien à découvrir et l’Etat d’Israël fera l’économie d’une enquête de moralité.  Il convient en outre que le prétendant soit un économiste de renom, qu’il ait fait ses preuves à un poste majeur, qu’il ne se soit jamais livré à une malversation financière …. et qu’il soit juif. Franchement, je ne vois qu’un candidat possible: Dominique Strauss-Kahn.
Déjà en aout 2011, avant même que Stanley Fisher ne rende son tablier et que l’affaire du Sofitel explose, j’avais écrit « Stanley Fisher, qui depuis 6 ans dirige la Banque Centrale d’Israël doit en avoir certainement marreje suis certain qu’il céderait avec joie son poste à DSK. Je vous reproduis donc avec plaisir deux articles, assez visionnaires, je l’avoue en toute modestie, qui traitent de ce sujet.  


25 août 2011
Les Français contre le retour de DSK dans le débat politique; il devrait faire son Allyah en Israël

Les Français sont des veaux, comme disait le Général, qui les connaissait bien; on leur propose du caviar mais ils veulent des flageolets ou alors, du Chabichou. 53 % d’entre eux ne souhaitent pas que DSK participe à la vie politique française dans les prochains mois. Grand bien leur en fasse, ils auront les candidats qu’ils méritent: des épées, qui, de victoire en victoire conduiront la France à la défaite et à la faillite.
En cette période chaotique où les marchés sont devenus fous et l’économie stagnante, il me parait évident que la personne la mieux à même de se dépatouiller dans cette situation ultra complexe est celle qui maîtrise le mieux les mécanismes économiques.
Jadis,Valéry Giscard d’Estaing, malgré son égo, fit appel à Raymond Barre, considéré comme « l’un des meilleurs économistes de France » d’abord comme ministre du Commerce extérieur puis, en tant que Premier ministre. Non qu’il fut particulièrement sympathique – je le sais bien, l’ayant eu comme professeur à la fac – mais l’économie, il s’y connaissait et du caractère, il en avait.
Autres temps, autres moeurs. Aujourd’hui, on préfère mettre en scène une pièce où évoluent les nuls. La France n’est pas la seule dans ce cas, Le FMI qui aurait pu avoir à sa tête deux économistes de haut vol, le Gouverneur de la Banque d’Israël, Stanley Fisher (trop juif) ou le mexicain Agustin Carstens, Gouverneur de la banque du Mexique (trop gros), s’est vu doter d’une excellente juriste, fort élégante, Christine Lagarde, qui ne connaît de l’économie que ce qu’elle à appris au Ministère des Finances. Au FMI on commence à râler à cause de son incompétence.
Peut être les Français pensent-ils que la libido de DSK chamboule ses neurones. A ma connaissance il n’y a pas de connexion entre les deux; sa compétence en économie et sa stature d’homme politique n’ont pas été atteints par la menteuse de service.
Les Français, dans leur majorité, au lieu d’apprécier le panache et le sang froid du bonhomme dans cette affaire, qui en dit long sur son caractère, n’ont vu que le côté sordide. Ce faisant, ils se privent de la personne ad hoc pour gouverner ce pays en ces temps de tourmente. Tant pis !
Je conseille donc à DSK qui n’est pas désiré dans son pays, d’en changer. Je lui ai même trouvé un job en Israël: Stanley Fisher, qui depuis 6 ans dirige la Banque Centrale d’Israël, et qui, dixit le FMI était atteint par la limite d’âge ( pur prétexte pour ne pas mécontenter les Arabes), doit en avoir certainement marre. Je suis certain qu’il céderait avec joie son poste à DSK. Et puis les Israéliens apprécient les gens compétents et les hommes de caractère.
Faites passer le message à qui de droit.


24 novembre 2011
DSK, prochain Gouverneur de la Banque d’Israël. Je le lui avais déjà suggéré en Août de cette année

Il en met du temps DSK à suivre mes conseils. Déjà le 25 août je lui suggérais de faire l’impasse sur la France et de faire son Allyah en Israël, sans passer par la case Place des Vosges. N’étant pas mieux cité que par soi même je vous reproduis mon article : Les Français contre le retour de DSK dans le débat politique; ildevrait faire son Allyah en Israël, qui n’a pas pris une ride, même si quelques nouveaux épisodes (Banon, Carlton) sont venus gonfler la polémique.
"Les Français sont des veaux, comme disait le Général, qui les connaissait bien; on leur propose du caviar mais ils veulent des flageolets ou alors, du Chabichou. 53 % d’entre eux ne souhaitent pas que DSK participe à la vie politique française dans les prochains mois. Grand bien leur en fasse, ils auront les candidats qu’ils méritent: des épées, qui, de victoire en victoire conduiront la France à la défaite et à la faillite.
En cette période chaotique où les marchés sont devenus fous et l’économie stagnante, il me parait évident que la personne la mieux à même de se dépatouiller dans cette situation ultra complexe est celle qui maîtrise le mieux les mécanismes économiques.
Jadis, Valéry Giscard d’Estaing, malgré son égo, fit appel à Raymond Barre, considéré comme « l’un des meilleurs économistes de France » d’abord comme ministre du Commerce extérieur puis, en tant que Premier ministre. Non qu’il fut particulièrement sympathique – je le sais bien, l’ayant eu comme professeur à la fac – mais l’économie, il s’y connaissait et du caractère, il en avait.
Autres temps, autres mœurs. Aujourd’hui, on préfère mettre en scène une pièce où évoluent les nuls. La France n’est pas la seule dans ce cas, Le FMI qui aurait pu avoir à sa tête deux économistes de haut vol, le Gouverneur de la Banque d’Israël, Stanley Fisher (trop juif) ou le mexicain Agustin Carstens, Gouverneur de la banque du Mexique (trop gros), s’est vu doter d’une excellente juriste, fort élegante, Christine Lagarde, qui ne connaît de l’économie que ce qu’elle à appris au Ministère des Finances. Au FMI on commence à râler à cause de son incompétence.
Peut être les Français pensent-ils que la libido de DSK chamboule ses neurones. A ma connaissance il n’y a pas de connexion entre les deux; sa compétence en économie et sa stature d’homme politique n’ont pas été atteints par la menteuse de service.
Les Français, dans leur majorité, au lieu d’apprécier le panache et le sang froid du bonhomme dans cette affaire, qui en dit long sur son caractère, n’ont vu que le côté sordide. Ce faisant, ils se privent de la personne ad hoc pour gouverner ce pays en ces temps de tourmente. Tant pis !
Je conseille donc à DSK qui n’est pas désiré dans son pays, d’en changer. Je lui ai même trouvé un job en Israël: Stanley Fisher, qui depuis 6 ans dirige la Banque Centrale d’Israël, et qui, dixit le FMI était atteint par la limite d’âge ( pur prétexte pour ne pas mécontenter les Arabes), doit en avoir certainement marre. Je suis certain qu’il céderait avec joie son poste à DSK. Et puis les Israéliens apprécient les gens compétents et les hommes de caractère.
Faites passer le message à qui de droit".
Sur ce, j’apprends que la chose a été envisagée lors de son voyage en Israël en compagnie d’Anne Sinclair. Info, intox, peu importe, la possibilité a été envisagée dans des média autrement plus lus que le mien. Suite au prochain scandale et/ou au prochain déménagement.
Je ne suis, comme on dit en hébreu, ni Navi (prophète) ni fils de Navi, mais cela tombe sous le sens, que le couple DSK-Sinclair devrait venir s’installer au pays de leurs en ancêtres et y apporter leurs savoir faire et leurs carnets d’adresses. Je peux aussi conseiller à DSK un bon  transporteur spécialisé sur les déménagements entre la France et Israël. Et puis, s’il y a un endroit pour faire Téchouva, c’est bien là bas, non ?