dimanche 25 mai 2014

Le Pape a choisi le mauvais mur

On le sait bien, en Israël il y a deux murs : l’un qui commémore son histoire ancestrale et  son espoir dans un avenir radieux, et l’autre, sécuritaire, dont la vocation est d’empêcher les barbares de s’infiltrer dans ses villes et ses campagnes pour y trucider les Israéliens. Le "mur de la honte" ainsi que le qualifient les Médias bienveillants. Le Pape François s’est carrément gouré en s’inclinant contre le mauvais mur ; celui qui ne comporte même pas d’anfractuosités pour y glisser une petite prière au bon dieu.  En choisissant de porter ses prières contre ce mur lisse et silencieux, il a carrément choisi son parti.

Le pape François s’est aussi  trompé de cause : sa visite en Terre sainte aurait dû se focaliser sur le sort des Chrétiens, chassés et maltraités, pour ceux qui résistent encore, dans les Pays arabes en général et à Bethléem en particulier, ville si chère à son cœur. La Terre sainte qui se vide de ses Chrétiens aurait dû être au centre de ses préoccupations et de son discours. Au lieu de cela, il gobe le discours de Mahmoud Abbas qui « déplore »  le statut réservé aux Chrétiens en Israël, pays dans lequel ils vivent, prospèrent, et pour certains d’entre eux servent dans l’armée israélienne.

Le Pape François a le culot de proposer à Mahmoud Abbas et à Shimon Pérés, en bout de course à tous niveaux, de se réunir au Vatican pour prier en cœur, je ne sais qui, pour je ne sais quoi.  Le Vatican qui fut l’épicentre de la haine antisémite et qui regorge encore de tous les biens  inestimables  « confisqués » aux Juifs  est-il le lieu adéquat pour implorer le Tout Puissant.  Et Pérés bien sûr d’accepter.


Et l’on n’est qu’au premier jour de sa visite.

mercredi 14 mai 2014

La France, premier pays antisémite d’Europe occidentale, après la Grèce

Dans le sondage réalisé par l’ADL, la Ligue anti-diffamation sur l’antisémitisme dans le monde, je me suis penché sur mon cher pays, la France. Le constat est édifiant, la France est le pays le plus antisémite de l’Europe occidentale; la Grèce, qui marche la tête à l’envers, mise à part. 37 % de français adhèrent à des attitudes antisémites profondes et le pourcentage est de 43 % pour les moins de 50 ans.

  • Les Juifs sont plus loyaux envers Israël qu’envers le pays dans lequel ils vivent                     31%
  • Les Juifs ont trop de pouvoir dans le monde des affaires                                                          51%
  • Les Juifs ont trop de pouvoir sur le marché financier international                                           48%
  • Les Juifs parlent encore trop de ce qui leur est arrivé pendant l’Holocauste                           44%
  • Les Juifs ne s’intéressent qu’à ce qui concerne leur peuple                                                     31%
  • Les juifs ont trop de contrôle sur les affaires globales                                                               46%
  • Les Juifs ont trop de pouvoir sur le Gouvernement américain                                                  42%
  • Les Juifs pensent qu’ils sont meilleurs que les autres (non Juifs)                                              33%
  • Les Juifs ont trop de pouvoir dans les média                                                                              44%
  • Les Juifs sont responsables de la plupart des Guerres mondiales                                          18%
  • Les gens détestent les juifs à cause de la façon dont ils se comportent                                  26% 
  • Sur une population d'adultes de 49.322.734, 18 millions d'individus souscrivent à des attitudes antisémites

Adjonction tardive

Un mot sur la méthodologie employée dans le sondage. La personne qui répondait « c’est probablement vrai » à 6 sur les 11 stéréotypes était considéré comme présentant une tendance antisémite. Ce qui signifie que tous ceux qui ne désignaient que 5, 4 ou moins de stéréotypes sont considérés par l’ADL comme de braves gens, philosémites et tout et tout. Ce choix des sondeurs, qui vaut ce qu’il vaut,  laisse entendre que le pourcentage des antisémites est bien plus élevé que celui qui est annoncé.

Le sondage test a été réalisé aux Etats-Unis et ne s’adapte pas forcément à la perception européenne du Juif. Ainsi, il y a des stéréotypes qui peuvent être considérés comme redondants en Europe et intelligibles aux Etats-Unis. « Les Juifs exercent trop d’influence sur les marchés financiers, dans les médias ou dans le monde du Business », pour un Européen c’est une seule et même question, et il n’y a donc pas lieu de répondre « oui » à chaque fois. La mémoire de la Shoah constitue aussi un biais dans la mesure où les « jeunes » dans leur majorité ne savent ce qu’est l’Holocauste. L’influence des Juifs sur le gouvernement des Etats-Unis suppose un intérêt sur ce point spécifique qui ne concerne  que modérément les non-américains. Tous ces biais méthodologiques et sans doute d’autres laissent penser que si les stéréotypes avaient été plus européens, du genre : avare, sournois, voleur, déicide, comploteur dans l’ombre, comportement des Israéliens envers les Palestiniens…  les Européens y auraient souscrit d’avantage. Mais enfin,  ce sondage a le mérite d’exister et aucune institution autre que l’ADL n’aurait eu l’envergure et le courage de le mener.

Ce qui me semble hautement inquiétant, c’est qu’en France la  tendance adhérer aux stéréotypes antisémites  est beaucoup plus élevée chez les moins de 50 ans que chez les 50+ et, à peu près identiques dans les tranches d’âge 18-34 et 35-49,  ce qui laisse entendre que la tendance ira en se renforçant dans les prochaines années.


Franchement bonnes gens qu’est-ce que vous faites encore dans ce pays ?

Des camions poubelles déchargent leurs ordures sur le Mont du Temple. Pardon, l’Esplanade des Mosquées.



Un groupe d’Israéliens se rendent sur le Mont du Temple, lire l’esplanade des Mosquées, lire le Noble Sanctuaire (al-Ḥaram aš-Šarīf), lire le troisième lieu le plus saint de l’Islam (après La Mecque et Médine) et quelle n’est leur surprise de découvrir un camion benne en train de déverser ses ordures sur un monticule d’ordures déjà constitué situé à un jet de pierres (ou à un crachat puissant) de la Mosquée d’El Aqsa, le tout bien entendu avec la bénédiction du Waqf, gardien de l’Esplanade. Rappelons à ceux qui l’ont oublié que le très saint Waqf à travers le monde gère des écoles, des orphelinats, des hôpitaux, des mosquées, des œuvres de charité … dont la finalité est la satisfaction et la récompense de Dieu. Après la guerre des Six Jours, Moshé Dayan, sans doute effrayé par l’ampleur de la victoire des Hébreux sur les Arabes décide de ne pas conserver l’Esplanade du Temple et la confie aux bons soins de la Jordanie. Tragique erreur !!

C’est donc au roi de Jordanie que s’adresse au premier chef cet article. Car de deux choses l’une : ou bien le roi n’est  pas informé que l’esplanade des Mosquées qui est sous sa haute autorité se transforme en dépôt à ordures  et il doit faire fissa pour que cela cesse (et punir les coupables) ou bien il le sait et dans ce cas faut lui reprendre le contrôle de l’Esplanade et commencer par enlever toutes les ordures et les excréments qui s’y sont accumulés depuis 47 ans.

Si le « Noble Sanctuaire » constitue effectivement le troisième lieu saint de l’Islam, d’où découlent les revendications territoriales des Palestiniens sur Jérusalem, imaginez que serait la réaction du roi d’Arabie saoudite, en particulier et, des Musulmans du monde entier en général,  si l’on déversait des ordures à Médine ou à proximité de la Pierre noire à la Mecque.

Et pour la petite histoire une devinette : savez-vous pourquoi, selon les Musulmans, le Calife Omar en 638 est horrifié en se rendant à Jérusalem conquise, sur l'emplacement du site d'Al-Aqsa et du rocher d'où le Prophète Muhammad  est monté pour le Mi'raj (voyage nocturne au Septième Ciel sur sa jument ailée Buraq) ? Réponse : parce que les ruines du Temple avaient été transformées en dépotoir par les Chrétiens pour bien marquer le caractère caduc et désormais méprisable du judaïsme.  « Le calife, horrifié de voir ce lieu saint dans un tel état, ordonne son nettoyage et y prie » nous raconte Al-Bakri, témoin oculaire de l’évènement. 

Alors, que faire ? D’abord me semble-t-il  parer au plus pressé et commander l’intervention d’une société de nettoyage sérieuse pour nettoyer précisément l’Esplanade. Question : qui va payer ? Israël ne le peut pas car sur l’Esplanade, il n’a que le droit de se taire, et accessoirement,  d’assister le Waqf-dépotoir (comme il apparaît dans la vidéo) et de refouler hors de l’Esplanade les Juifs horrifiés de voir comment on souille ce qui leur est de plus sacré, à savoir l’emplacement du Temple. Alors, il est souhaitable de diffuser en grand ces images pour faire comprendre au monde entier comment les Musulmans traitent leurs Lieux Saints (sic)  et par là même l’estime qu’ils portent à Jérusalem qu’ils revendiquent comme Capitale pour la Palestine à naître.


Il y aurait bien entendu une autre solution qui s’inspirerait du Calife Omar qui n’a pas fait dans le détail.

Pour visionner la vidéo, en hébreu, cliquez sur https://www.youtube.com/watch?v=nMp7WEGcVSw


lundi 12 mai 2014

Amos Oz et le Consistoire de Paris, prix Nobel de l’Antisémitisme

Vous connaissez les efforts acharnés d’Amos Oz pour décrocher le Prix Nobel de Littérature, le seul qui manque à son palmarès déjà bien fourni. Jusque-là pas de chance; lui qui était donné lauréat à plusieurs reprises s’est vu priver de ce prix littéraire prestigieux. Je gage que cette année le Nobel ne lui échappera pas. En effet, que faut-il pour séduire les suédo-norvégiens qui le décernent ? Réponse: une bonne dose d’antisionisme gauchiste et humaniste politiquement correct, accroît considérablement vos chances. Amos Oz a profité de la sortie de son nouvel ouvrage sur le Kibboutz pour lancer sa bombe nucléaire sur son propre pays : Israël nourrit dans son sein des « Néo Nazis ». Le mot est lâché « Néo nazis » ! De là à passer à « Nazis » tout court, le pas est vite franchi dans la si philosémite Europe qui ne demande qu’à voir croitre et embellir son exécration du Juif, de l’Hébreu, de l’Israélien, et ne fait pas le détail dans la nuance sémantique. Oz d’ailleurs s’en est rendu compte un jour seulement après avoir craché son venin en précisant qu’il ne voulait pas dire « Nazi » mais « Néo nazi », mais le Qassam était déjà Lancé.

Amos Oz, l’Israélien le plus connu dans le mode après Shimon Pérès, ou avant lui, pour les intellos littéraires, cautionne la calomnie anti juive qui fait des ravages en se joignant aux imprécateurs, aux Soral, Dieudonné et Palestino Djihadistes de tous poils. Et de quoi s’agit-il ? D’une poignée d’abrutis pré pubères qui taguent la nuit, comme des chacals, des murs d’habitation arabes  et sont vomis par la société israélienne qui ne voit en eux qu’un facteur d’antisémitisme supplémentaire. Merci Amos d’avoir attisé la haine qui n’avait pas besoin ni de ta plume ni de ta voix ; un bon Graffiti Creator couleur noire suffit amplement .

Un autre prix Nobel de l’Antisémitisme peut être décerné au Consistoire de Paris en la personne de son Grand rabbin - par intérim - Michel Guggenheim qui a nous a permis de compléter notre éducation ; à savoir qu’une femme ne peut divorcer religieusement qu’en  crachant au bassinet des sommes astronomiques ; une part revenant au mari et une autre à des œuvres caritativement acceptables,  le tout accompagné par un parjure devant le Tribunal Civil de la République.  Ce racket au Guét a fait le tour de la toile et bien entendu contribué à bonifier l’image du Juif dans l’opinion publique.