dimanche 27 décembre 2015

Le Zohar: la terre est une balle ronde, quand il fait nuit d’un côté, il fait jour de l’autre et il existe des lieux où il fait constamment jour, à part une toute petite heure où il fait nuit. Pas mal, non ?

Je reviens à un article que j’ai rédigé le 7 décembre en 2010 et qui est introuvable sur la toile, sauf sur les blogs qui ont eu la gentillesse de lereprendre.

"Quand l’actualité devient trop déprimante, je me ressource en lisant le Zohar. Ca libère les neurones et permet aussi de belles découvertes. Je vous fais part d’un texte que vous pourrez trouver dans la section Vayikra, commentaire du Soulam (échelle) 141/142 et dans Torat Hazohar Berchith 12. Je vous cite les sources parce que vous pourriez croire que je l’ai inventé. Voici ma traduction:
Et ainsi dans le livre du Rav Hamemouné Saba (préposé) l’Ancien, il est rapporté que toute la terre habitable (Yéchouv) tourne en rond comme une balle. Ceux-là sont en bas et ceux-là sont en haut. Et toutes les créatures ont un aspect différent selon les climats et existent comme le reste des humains. Et ainsi, il y a toujours un lieu où, si pour les uns il y a de la lumière, pour les autres, c’est l’obscurité. Pour certains c’est la nuit et pour les autres c’est le jour. Et il y a un lieu où il fait constamment jour, à part une toute petite heure où il fait nuit.
Peu importe que l’on considère que le Zohar a été rédigé par Rabbi Shimon Bar Yohaï et ses amis il y a deux mille ans ou compilé par Moïse de Leon au XIII siècle, on ne peut que s’incliner devant les connaissance de nos Anciens. La terre décrite sous forme de ballon est déjà mentionné dans le Talmud (Avoda Zara 42); le texte du Zohar n’est donc pas un scoop dans les textes juifs, mais il est le plus explicite. Ah si Magellan, Christophe Colomb, Gallilée, Copernic, Newton et tous les juifs sceptiques avaient étudié le Zohar !!! "

Ainsi, nos anciens savaient que la terre n’était pas une surface plate soutenue par quatre éléphants mais ressemblait à une balle, Cadour et surtout, qu’elle tournait autour d’un axe puisque, nous précise le Zohar, lorsqu’il fait nuit d’un côté il fait jours de l’autre. Nos Anciens avaient également découvert que toutes les régions de la terre n’étaient pas éclairées de la même façon par le soleil du fait de l’inclinaison spécifique de l’axe de la terre sur son orbite. Quant aux individus qui habitaient la planète, ils avaient un aspect différent puisqu’ils vivaient sous différents climats.
Ce court passage d’une précision incroyable a de quoi surprendre et nous amène à nous poser la question d’où et comment les rédacteurs du Zohar savaient-ils ces choses ?

Une piste nous est fournie, toujours dans le Zohar, à la suite de ce passage : "Et c’est ce qui est dit dans les livres des Anciens et dans le livre de Adam Harishon", comprendre tout simplement le premier homme, Adam. Plus loin il est précisé que ce secret a été dévoilé non pas aux cartographes mais à ceux qui possèdent la Sagesse (Baaléi ahokhma) et il s’agit d’un profond mystère de la Torah". 
Cette connaissance de la structure de notre planète n’a donc pas été révélée aux scientifiques mais aux rares Sages qui savaient appréhender les mystères de la Création sous un angle qui échappe à notre entendement. Ces hakhamim n’ont rien découvert mais ont tout reçu des Sages qui les ont précédés Kadmonim, ce qui est la définition même du mot Kabbala, soit "réception". Ce qui laisse entendre que les connaissances les plus exactes de la création étaient connues à l’origine des temps ; lire Adam et qu’elles ont été transmises de génération en génération, en passant par Rabbi Shimon par Yo’haï.  
De ce fait il est hautement improbable que le Zohar ait été écrit, comme le pensent certains, par Moshe ben Shem Tov de León. Par contre il est probable qu’il ait reçu le texte du Zohar de ses pères et qu’il y ait mis un certain ordre. 

dimanche 20 décembre 2015

Le déclin de l’Occident vu par le Zohar


Dans la Paracha Vayishla’h au passage où Jacob lutte avec l’ange (d’Esaü, disent certains) il est reporté dans le Zohar (26 : 90 ..) un commentaire surprenant. Il est écrit dans la Genèse : "un homme lutta avec lui jusqu’à ce que l’aube pointe". Les premiers signes de l’aube apparaissent et l’homme/ange doit partir car il n’a été programmé que pour une lutte nocturne. Si le vainqueur du combat a été incertain toute la nuit, aux premières lueurs de l’aube, Jacob, blessé mais debout, est incontestablement déclaré vainqueur par abandon de l’adversaire. 

Le Zohar s’attache précisément à ces premières lueurs et nous dit : quand un homme a vécu toute sa vie dans l’obscurité, lire  la Galout qui est assimilée à la nuit, il n’est pas question de lui servir subitement une grande lumière au risque de l’aveugler. Cela ressemble à homme atteint d’une maladie grave et qui connait la guérison ; celle-ci doit être progressive et non pas soudaine. Il en est de même pour le peuple juif. Quand Hashém décide que le temps de l’exil est terminé, il doit l’indiquer à Israël par une toute petite lumière comme celle qui sortirait par le chas d’une aiguille. Cette lumière va grandir progressivement. Elle ressemblera d’abord à la lumière dispensée par la lune puis à celle du soleil puis à des "Divisions menaçantes" comme des armées portant leur drapeau איומה כנדגלות.  Israël s’éveille progressivement, il commence à marcher à la lumière du jour puis se sent assez fort pour créer un Etat qui, par définition dispose d’une armée et d’un drapeau. Cette armée, toujours petit à petit, se renforce, jusqu’à devenir suffisamment menaçante pour ceux qui auraient la mauvaise idée de vouloir la combattre. Le Zohar continue sa démonstration. Esaü, contrairement à Jacob/Israël a reçu la lumière d’un seul coup. Autrement dit, la puissance politique et militaire de Rome puis de l’Occident s’est manifestée d’un seul coup. Cette explication est confortée par la bénédiction d’Isaak à Esaü : "Voici,  une riche contrée (que Rashi traduit par l’"Italie des Grecs") sera ton domaine. Le terme "voici" montre la soudaineté de l’obtention, alors que la bénédiction d’Isaak à Jacob  commence par "Et qu’Il te donne la rosée des cieux … " La conjonction "et" dans ce passage montre le caractère progressif de la bénédiction : il ne te la donnera pas d’un seul coup mais d’une façon progressive.

Et le Zohar de nous livrer son scoop : si Esaü a tout reçu d’un seul coup, il perdra ce qu’il a reçu, non pas subitement, mais progressivement. Autrement dit, le déclin de l’Occident sera graduel; il se déroulera sur un nombre n. d’années qui correspondent au nombre d’années de montée en puissance d’Israël. Il perdra progressivement aussi bien sa part dans ce monde ci que sa part dans le monde à venir.


L’analyse de ce passage du Zohar que je vous ai résumé n’a pas vraiment de quoi nous étonner, nous le constatons depuis des années et il se vérifie tous les jours.  Il est vrai que le déclin de l’Europe et des Etats-Unis s’accélère,  grâce ou, à cause  notamment au beau père d’Esaü, nommé Ismaël (n’oublions pas que jadis Esaü épousa non seulement des femmes cananéennes, lire palestiniennes, au grand dam de ses parents, mais aussi la propre fille d’Ismaël). Cette lointaine mésalliance refait aujourd’hui surface à la lumière des lâchetés et compromissions de l’Europe qui a perdu son âme et sa force, tant elle est soucieuse de plaire aux Mahométans en tous genres qui la pillent et la détruisent, progressivement, il est vrai. Pendant ce temps Israël résiste aux forces de l’obscurité, rend coup pour coup et se renforce dans tous les domaines. CQFD

vendredi 27 novembre 2015

Jacob le rusé a vaincu Israël ; il n'aura pas à servir dans Tsahal


On évoque constamment le combat qui opposa jadis, et qui continue à opposer de plus belle, Yaakov, le fondateur de du peuple juif à Esaü qui renvoie à Chrétienté, puis à l’Occident laïque, et on oublie la lutte interne, quasiment schizophrénique, entre "Yaakov" et "Israël", l’autre nom de Jacob.

Rappelons que l’occupation essentielle de Jacob dans sa jeunesse est de s’asseoir sous la tente, lire, la Yéshiva, pour étudier la Torah (Ish tam yoshév ohalim) et qu’Esaü est un chasseur intrépide, un homme de la terre. Mais Yaakov en vérité n’est pas si Tam que ça et a oublié d’être un un Fraïér, ni simplet  ni naïf et il sait mener sa barque. La suite vous la connaissez il chipe à Esaü le droit d’aînesse et, avec la complicité de son yiddishe mama Rebbeca, s’empare, par ruse, de la bénédiction paternelle qui aurait dû échoir à son frère Esaü. Bien évidemment ces ruses comportent des risques et Jacob est obligé de s’enfuir de devant son frère qui veut lui faire la peau et part  se réfugier en houts laarets, en Diaspora. Ce sera le premier exil du peuple juif qui pour l’heure est représenté par un seul individu.

Ne croyez pas pour autant que Jacob n’est qu’un étudiant de Yéshiva freluquet et palot qui n’a jamais fait de sport dans sa vie ; la meilleure preuve, il parvient tout seul à ôter du puits la pierre énorme qui le recouvre, alors que d’habitude il faut plusieurs bergers pour y arriver. Peut-être est-ce grâce à l’accès d’adrénaline que lui procure la vue de Rachel sa promise. Plus tard, il sera un berger expérimenté et intrépide qui  conduira paître des troupeaux immenses.  Sa personnalité se forge petit à petit. Il tient tête à son redoutable beau-père Lavan, il conclue des alliances avec des puissants, mais il reste Yaakov. 

Son destin et sa personnalité basculent lors de son combat victorieux avec l’ange, d’Esaü disent les commentateurs.  Là il mérite d’endosser le nom d’ "Israël" car il s’est mesuré avec des hommes et des créatures célestes (certains disent avec Dieu) et l’a emporté.

La suite de son existence, et la notre, par la même occasion, puisque nous sommes tous les descendants de Jacob-Israël est une lutte incessante entre deux aspects d’une même personnalité que certains pourraient qualifier de schizophrénique. Tantôt le Juif est "Jacob", le frêle, surtout lorsqu’il habite en Galout et/ou passe son temps dans les Yéshivot, tantôt il est "Israël" l’intrépide, valeureux soldat de Tsahal. 

Autrement dit, le choix délibéré de Jacob, l'ultra harédi,  qui consiste à ne pas servir l’Etat d’Israël  est une façon de figer l’histoire du peuple juif avant le combat avec l’ange qui lui permet de se débarrasser de sa chrysalide. Imaginez quel aurait été le destin du peuple juif si Jacob avait refusé de livrer ce combat décisif, s’il avait refusé l’incorporation à Tsahal. Soit il aurait été anéanti par l’ange,  ce qui aurait marqué la fin du peuple juif, soit il serait retourné chez Lavan pour une Galout éternelle.  

La même histoire se répété au fil des millénaires et atteint son paroxysme aujourd’hui dans l’Etat d’Israël luttant constamment pour sa survie, face à Ismaël et à Esaü. Les ultra-religieux israéliens, dans leur immense majorité, ont choisi leur camp et leur patronyme : ils veulent être "Jacob", passant son temps sous la tente à étudier la Torah, ou à faire semblant de l’étudier, et, surtout, être dégagés des contraintes sécuritaires/militaires, laissant à "Israël" le soin de servir au moins trois ans dans Tsahal, et d’y laisser leur vie, si besoin est.  

Un léger espoir que les choses évoluent se dessina lors de la Knesset précédente : les religieux devaient de se présenter à l’incorporation, et de sanctions tombaient s’ils refusaient de s’y rendre. La nouvelle Knesset menée par le bout du nez par les Partis religieux ashkénaze et séfarade, a aboli cette obligation; les jeunes Harédim n’auront plus à se présenter et seront par conséquent dispensés de service militaire jusqu’à la Saint-Glinglin.

En clair, les Harédim réécrivent la Torah : Jacob ne quittera pas sa tente, il restera étudier à Béer-Shava, Bnei Brak ou ailleurs. Esaü bénéficiera de la bénédiction pleine et entière de son père Isaak, Jacob ne récoltant, au mieux, que des miettes, il n’ira pas à Haran épouser Rachel, il ne luttera contre aucun ange et, le destin du peuple d’Israël ne s’accomplira jamais. Jacob refuse de se comporter en être en devenir et la terre promise à Abraham à ses descendants, appartiendra pour l’éternité aux Cananéens Philistins Ismaélites, et autres farceurs.


Ce combat titanesque ne jouit pas des unes de l’actualité, comme l’est celui qui oppose Ismaël à Esaü, lire : les Mahométans de Daesh et consorts à l’Occident, il n’en est pas moins crucial et pas seulement pour le peuple juif. Pourquoi ? La réponse B.H dans un article suivant.

mardi 17 novembre 2015

Pour les terroristes, sombrer dans l'oubli, brise leur mythe du martyr.

Je connais le Docteur Salimpour, c'est un sage. Il nous dit une chose fondamentale: "Pour les terroristes, sombrer dans l'oubli, brise leur mythe du martyr". 
Il ne faut plus prononcer leur nom, ni le nom de leur organisation, c'est la pire punition qu'on peut leur infliger. Nommer les choses, nous dit Confucius , c'est leur donner une existence. L'inverse est également vrai. Et c'est d'autant plus vrai que le problème n'est pas Daesh, mais la doctrine qui sous-tend cette organisation ainsi que la complaisance de l'Occident vis à vis de cette doctrine que l'on appelle l'Islam djihadiste. Autrement dit, tant que l'Islam est à consommation locale dans les pays musulmans et qu'il ne cherche pas à s'exporter, ça va, c'est quand il va conquérir des nouveaux marchés que ça ne va plus du tout.

dimanche 15 novembre 2015

Pauvre France, mitée et anti(sé)mitée



Non, ce titre n’est pas de moi, il m’a été inspiré par le très génial François Fillon qui a remis à la mode le terme de "mitage" que plus personne n’emploie, synonyme de "grignotage", et, d’une commentatrice de mon précèdent article qui a imaginé l’adjectif "anti-mite.... ". Soit Fillon a voulu jouer les érudits en employant un terme désuet soit, ce qui me semble plus probable, il s’est employé à trouver un nouveau qualificatif de son cru, bien dégueulasse, afin de bien marquer les esprits:  les Israéliens, voire  les Juifs ne sont que des mites.

Ce Shabbath, Paris a été sacrément mité, notamment au Bataclan, établissement de spectacle bien connu, "anciennement détenu par un Juif et où se déroulaient des manifestations en faveur d’Israël", comme le rappellent les mal-pensants anti-mites. Le Bataclan a été le spectacle d’un Balagan sanglant, œuvre des véritables mites qui ravagent la France, depuis un bon moment.

Ce qui m’a, entre autres, posé problème, ayant zappé entre les chaines françaises et les chaines israéliennes, c’est la volonté et la sémantique employée par les élus de la République, Hollande en tête, d’expliquer aux Français que ce malheur n’était l’œuvre que d’un Etat voyou, situé à 4000 km de la France. "Nous sommes en guerre" !! Avec qui ? Avec l’Etat islamique que nous allons combattre, bombarder de plus belle.  Sous-entendu, les Loups qui ont envahi Paris, comme le dit la chanson, ne sont pas de chez nous, ils arrivent d’une autre planète, d’un autre Continent. Rassurez-vous bonnes gens, l’ennemi est au-delà des mers, nous le combattront fermement sur son sol et, pour nous protéger efficacement, nous allons boucler nos frontières, de sorte que plus personne ne puisse sortir et, surtout, entrer. Voilà la potion magique de Hollande. Et tout ça pourquoi ? Pour  éviter d’évoquer la Cinquième colonne solidement implantée sur le territoire français, l’islamisation galopante qui mite, mine et ronge la République de l’intérieur, ainsi que l’ai écrit dans mon dernier article, la veille du massacre :

 "Je croyais que c’était la France qui était mitée par les zones de non droit, par les Islamistes qui occupent des villages entiers, par les Musulmans qui font leurs prières dans les rues de la République, par les allocations faramineuses versées à "des je n’ai pas besoin de bosser, j’ai qu’à fabriquer une masse de mômes avec plusieurs femmes" et qui mitent ou minent les finances de la République. Par le mitage de la culture française, par la langue arabe qui mite ce que jadis on appelait la langue de Voltaire. Alors, je conseille à François Fillon de s’occuper de ses propres mites pernicieuses avant que les Islamistes ne viennent soutenir que ce sont les Français qui mitent la France-Arabia enchariée."

Si cette attaque éclair a été si efficace, c’est pour trois raisons 

La première, c’est l’impuissance de la République à identifier, donc à traquer les islamistes, djihadistes, niquetamère, qui habitent et prospèrent sur son sol. Manque de moyens, législatifs, juridiques, policiers, d’écoute, d’interprètes.. Peut-être aussi, manque de volonté.

La seconde, c’est la stratégie du "pas d’amalgame". Les islamistes qui prospèrent sur le sol de la République ne doivent pas être associés à leurs coreligionnaires doux gentils et pacifiques, ni aux djihadistes de Daesh. La réalité démontre la porosité entre ceux qui n’ont pas encore rejoint les forces de l’Isis et ceux qui en reviennent.

La troisième raison: La France se trompe d’allié. Pendant qu’Israël, le mité, le galeux, porte le deuil des Parisiens assassinés, les habitants de Ramallah située dans la  Palestine si chère à Hollande, Valls et consorts, applaudissent à la tuerie au Bataclan. La liesse n’est pas moins grande dans certaines banlieues nord de Paris. L’Europe, France en tête, choisit le moment où les Israéliens souffrent le plus, victimes des mêmes tueurs qui ont sévi à Paris, pour boycotter leur économie et œuvre, à la Fillon, pour qu’Israël laisse miter son territoire par une entité ennemie qui s’appellerait la Palestine; alors qu’Israël a suffisamment de mites à l’intérieur de ses frontières.


Je présente mes condoléances aux familles et amis  des victimes mais je ne vais pas aller jusqu’à barioler ma tronche en tricolore bleu blanc rouge. Je le ferais quand je verrai les élus de la République auront enfin du plomb dans la cervelle, ce qui évitera à leurs citoyens de recevoir du plomb de Kalachnikov.  

vendredi 13 novembre 2015

Grâce à François Fillon j’ai appris que les Israéliens habitant au-delà de la ligne verte étaient des mites, je croyais que c’est la France qui était mitée par les Arabes

La Judée-Samarie + le Golan sont rongés par les mites. Vous savez ces petites bêtes méchantes et insidieuses qui ravagent tout sur leur passage.  Je savais déjà que les Juifs étaient le cancer de l’Humanité, qu’ils étaient qualifiés d’insectes, de parasites, de vermine, de chiens, de singes et de porcs; j’ai certainement oublié quelques charmants qualificatifs au passage. Mais je n’ai jamais entendu que nous pouvions être aussi des mites. Grâce à François Fillon aujourd’hui je le sais : "Il y a des forces politiques en Israël qui défendent la théorie du mitage du territoire palestinien … on voit avec le mitage des colonies" 

Je croyais que c’était la France qui était mitée par les zones de non droit, par les Islamistes qui occupent des villages entiers, par les Musulmans qui font leurs prières dans les rues de la République, par les allocations faramineuses versées à "des je n’ai pas besoin de bosser, j’ai qu’à fabriquer une masse de mômes avec plusieurs femmes" et qui mitent ou minent les finances de la République. Par le mitage de la culture française, par la langue arabe qui mite ce que jadis on appelait la langue de Voltaire.


Alors, je conseille à François Fillon de s’occuper de ses propres mites pernicieuses avant que les Islamistes ne viennent soutenir que ce sont les Français qui mitent la France-Arabia enchariée.

jeudi 12 novembre 2015

Le marquage des commerces juifs "Jüdisches Geschäft" par Hitler en 1933 et le boycott par l’Europe des produits israéliens, du pareil au même.


En 1933, Adolf Hitler décide de "marquer" les magasins tenus par les Juifs. Il s’agit bien entendu d’une simple décision technique - comme le clame aujourd’hui l’Union européenne, pour ce qui des marchandises israéliennes produite en Cisjordanie - pour informer les Allemands qu’il serait préférable de faire leurs courses dans des magasins tenus par des Aryens. Afin de distinguer les commerces juifs des autres business, des signes distinctifs sont apposés sur les vitrines, tels que "Jüdisches Geschäft" (commerce juif) ou tout autre terme. Quand cela ne suffisait pas, on, postait quelques braves SA ; des merchandisers en quelque sorte, afin d‘expliquer aux acheteurs potentiels qu’il s’agissait de commerces juifs ou de produits fabriqués par les Juifs. Il n’était pas question de boycott, au grand dieu non,  puisque, à l’instar de ce que répètent les Européens, les magasins n’étaient pas fermés et tout un chacun pouvait y rentrer faire ses courses, comme on peut acquérir dans son Supermarché favori les produits fabriqués en Judée et Samarie; il s’agit simplement de ne pas tromper le consommateur.


Le boycott européen des produits israéliens fabriqués au-delà de la ligne verte est une pure infamie comme le fut la décision d’Hitler en 1933. Comme toute infamie elle recevra son châtiment, non pas par Israël mais, paradoxalement, de la main des Palestiniens et autres Musulmans à qui ’Europe veut plaire et qui l’ont convaincue  de boycotter Israël. Les leaders palestiniens jubilent et se moquent pas mal que ce soient précisément les ouvriers palestiniens qui perdent leur job.  Bien entendu, les rares produits fabriqués par les Arabes au-delà de la ligne verte sont autorisés en Europe et ne portent pas le signe de l’infamie. Si les Européens s’attendent à la moindre reconnaissance de la part des Arabes, ils se trompent lourdement. Les Musulmans considèrent que tout leur est dû et poursuivront leur marche triomphale dans une Europe à leur botte à qui ils demanderont chaque jour d'avantage.

samedi 31 octobre 2015

Injustices flagrantes en Israël : les Harédim qui ne montent jamais au Mont du temple sont les cibles des assassins, et les Riches sont inondés et privés d’électricité.

Le journal harédi (ultra religieux) la Mishpa’ha  (la Famille) fait paraître un article ….. en arabe,à l’attention de tout Musulman habité de mauvaises intentions à l'égard des Israéliens, expliquant qu’il est  parfaitement injuste de poignarder des Harédim, jeunes ou vieux,  portant les signes distinctifs de leur statut, dans la mesure où aucun ultra religieux israélien ne met les pieds sur l’esplanade des Mosquées; cela est formellement interdit par leurs rabbins. Pour être tout à fait honnête le journal précise qu’il y a bien une famille ultra religieuse qui n’obéit pas aux injonctions rabbiniques ; il s’agit, pour ceux qui ne les savent pas, autrement dit pour personne puisqu’en Israël il est de notoriété publique que c’est la famille de Yosef Elboïm.  Les mauvaises langues ou les esprits tordus, dont moi-même,  pourraient en déduire que le journal suggère aux Arabes de s’intéresser en priorité à tous ceux qui ne respectent pas le statu quo sur le Mont du temple, qui montent pour un oui et pour un non sur l’esplanade des Mosquées et, que tant qu’à faire de poignarder des Juifs, il faudrait s’occuper en priorité des calottes tricotées (Religieux sionistes) ou des pas de calottes du tout, voire de la famille citée plus haut.
Pour éviter tout malentendu des harédim manifestent devant la maison Elboïm, caillassent sa voiture et le traitent d’ "assassin". En d’autres termes les Arabes poignardent des Innocents ; voire des individus qui partagent leur vision sur le statut du Mont du temple qui doit être purement et simplement verbieten Juden, interdit aux Juifs. Bien sûr,  le canard en question s’est fendu de communiqués précisant qu’il ne s’agissait que d’une blague, d’un truc qu’il ne fallait pas prendre au premier degré, que tous les Juifs sont solidaires et patati et patata. Je n’en crois pas un mot ?


Dans la série des injustices flagrantes : alors qu’en Israël on était habitué depuis la création de l’Etat à ce  que ce soient toujours les pauvres de la périphérie qui trinquent : katiouchot sur la tête, licenciements et chômage, infrastructures défaillantes, municipalités incompétentes, alors que les nantis du Sharon, Hezliah, Raanana, Kfar Shmariahou ….étaient  épargnés par tous ces fléaux,  voilà qu’une mini tornade, comme l’intitule (à tort) ‘Hévrat A’hashmal (Compagnie d’électricité israélienne) vient frapper les rupins: rues et maisons inondées, coupures d’électricité. Ce n’est pas juste. Les habitants du Sharon qui payent des sommes exorbitantes aux Municipalités  chargée de les protéger des intempéries célestes ne devraient pas souffrir ; la souffrance sait d’habitude à qui s’adresser. Je précise que je n’ai lu ou entendu nulle pas des propos de ce genre ; il s’agit de pure spéculation de ma part.

jeudi 22 octobre 2015

Enrico Macias, nouveau Moïse : si Marine passe, je fais mon Allyah. Et si elle ne passe pas ? Le fossé entre les Israéliens et les Juifs de Galout va en s’approfondissant

J’ai pris connaissance de la déclaration tonitruante d’Enrico Macias: "Si Marine Le Pen est élue, je ferai vraiment mon Alyah et j'entraînerai avec moi toute la communauté juive de France. A moins qu'ils veulent rester avec elle".  Cela signifie, à contrario, que si Marine Le Pen n’était pas élue, Enrico qui a soutenu successivement  François Mitterrand en 1988, Nicolas Sarkozy en 2007 ou encore Anne Hidalgo en 2014, n’aurait aucune intention de quitter la France pour Israël. Autrement dit, sans Marine, la vie en France continuera à être belle et bonne pour les Juifs et il n’usera plus de Son influence sur Sa communauté – quelle outrecuidance – pour inciter les Juifs de France de faire leur Allya.

J’ai écrit en 2013 un article intitulé "2014 : la marranisation des Juifs de France ?", pas vraiment visionnaire, parce que cela fait belle lurette qu’une immense majorité de Juifs français se marranisent, se replient sur leur communauté, évitent de porter leurs signes extérieurs de judaïté, pestent contre les médias qui dénaturent la situation en Israël et les politiciens, non FN, adorateurs du Qatar et des pseudo palestiniens, mais ne bougent pas, ne protestent pas, ne hurlent pas (sauf sur Facebook). Manifestement la situation en France, grosso merdo  leur convient. Ils font comme Enrico Macias, ils attendent les nouvelles élections présidentielles. Alors, disent-ils, si Marine passe, on se casse, et si elle ne passe pas, on reste. A la limite,  en plus de se marraniser on va aussi se dhimmitiser un chouïa en France-Arabia. Ah, par contre, si Marine et le FN passent, ce sera une autre paire de manches, on fera tous notre Allyah, avec dans le rôle de Moïse, Enrico Macias. Mais, comme il est écrit dans nos Textes : chaque génération a les leaders qu’elle mérite.

Eh bien, je vous le signe, si la Marine déferle en masse sur les terres de la République, ils ne se casseront pas, pas plus que  Yannick Noah qui avait pourtant annoncé: "Si Sarkozy passe, je me casse".

Je ne souhaite pas aux Juifs français de connaitre les affres de la communauté juive de Suède en général et, de la ville de Malmoë en particulier où, sur une communauté florissante il ne reste plus que 500 Juifs, la plupart âgés et dans l’incapacité de quitter leur maison,  mais il est utile de rappeler que ce n’est pas l’Extrême Droite qui leur a rendu la vie impossible mais un Maire Social-Démocrate  qui a vendu sa ville aux Musulmans qui représentent aujourd’hui plus de 25% de la population, en attendant mieux. Une petite projection de Malmö version française montre une similitude troublante entre la Suède et la France d’aujourd’hui.  Que ce soit la Gauche ou la Droite molle qui emporte les élections présidentielles en France, la détestation des Juifs et l’implantation massive de Musulmans en France ne cesseront pas. Fabius sera remplacé par quelqu’un qui lui ressemble et la Malmöisation de la France continuera de plus belle. Alors, Monsieur Macias, cette France-là,  sans Marine, vous convient-elle ?

Manque de pot pour les Juifs français, une autre porte se ferme devant eux: le Canada accueillant, terre de lait ou de miel, ou de sirop d’érable, se ferme.  Justin Trudeau sera nettement moins prosémite que son prédécesseur. Il reste toujours Miami, jusqu’à nouvel ordre, mais pour qui et pour combien de temps ?

Je ne suis pas un partisan de l’Allya à tout prix ; la vie en Israël n’est ni sereine (pour le moins),  ni facile mais je constate que le décalage entre les Juifs de France et les Israéliens va en grandissant. D’un côté un peuple solidaire, courageux, qui serre les dents et riposte à l’adversité quotidienne. Un peuple fier qui, dans sa grande majorité, ne s’en laisse pas compter, ni par les assassins, ni par l’opinion internationale hostile et, d’un autre côté, une communauté frileuse et apeurée qui compose, tergiverse et se raconte des histoires auxquelles elle-même ne croit pas. Ce décalage fait qu’il faudrait au moins deux générations pour que le peuple qui vit à Sion et celui qui demeure en Galout se mettent en phase.

Cette situation n’est pas nouvelle : nos sages racontent que les quatre cinquièmes des Hébreux n’ont pas voulu quitter l’Egypte et que seule une petite fraction du peuple juif a suivi Ezra de Babel en Erets Israël. Quant aux Juifs d’Europe centrale et occidentale à la montée du Nazisme …vous connaissez la suite.


La solution ? Je reviens sur mon leitmotiv : Juifs, apprenez l’hébreu, regardez la chaîne de TV israélienne (pas i 24) ; même si la première fois vous ne comprenez pas grand-chose, ça finira par rentrer, étudiez le Tanakh et pas seulement le Choul’han Aroukh (la Bible et la mise en application des Commandements), imprégnez-vous de la géographie et de l’histoire récente d’Israël, sachez qui fait quoi et qui est qui et, réfléchissez à ce qui est le mieux, non pas pour vous, mais  pour vos gosses ou pour les marmots que vous comptez faire venir au monde. A part ça, Hashém nous a fait le plus grand cadeau qui soit : il nous a donné le libre arbitre. 

mardi 20 octobre 2015

L’Association du barreau des Avocats de Palestine a décidé d’accorder à Muhannad al Halabi, étudiant en Droit, qui a assassiné deux Israéliens le 4 Octobre à Jérusalem, le titre honorifique de diplômé en Droit et d’avocat honoraire.

L’association a également décidé de nommer la nouvelle promotion d’avocats palestiniens du nom de ce Shahid. Pour ne pas être en reste le Fatah a prélevé symboliquement de la terre de l’esplanade des Mosquées (lire : Mont du Temple) pour le verser sur sa tombe. Précisons que le dit barreau palestinien est financé à hauteur de millions de dollars par l’Union européenne et par l’ONU. Muni de son diplôme, l’avocat honoraire saura certainement représenter dignement les 72 vierges du paradis d’Allah qui seront prises d’assaut par les Shahidim méritants ; à moins qu’il s’agisse d’une vierge de 72 ans.

Le principal objectif de l’alliance russo-iranienne en Syrie: mettre à genoux le Régime saoudien qui a cassé le prix du pétrole

L’Arabie saoudite a déclaré la guerre aux pays producteurs de pétrole en cassant artificiellement les prix ; pourquoi la Russie et l’Iran, les principaux pays à en souffrir, ne répondraient pas à cette attaque, avec les moyens militaires qui sont les leurs, d'autant plus que la guerre que mènent les Russes coûte cher, et qu'il faudra bien que quelqu'un paye la note.

Les Russes solidement implantés en Syrie, acoquinés avec leurs compères perses trouveront certainement un moyen et une bonne occasion pour faire revenir l’Arabie saoudite sur sa stratégie belliqueuse de faire chuter artificiellement le prix du baril de pétrole. Chaque jour qui passe les Russes perdent des milliards de dollars à cause du prix du baril imposé par Riyad. Les Iraniens qui désormais peuvent exporter librement leurs hydrocarbures, grâce à l’obligeance du sieur Obama, ne laisseront plus les saoudiens leur dicter leur marge bénéficiaire sur le prix du baril.

La prochaine étape de la guerre que mènent la Russie et l’Iran en Syrie a un double objectif: assurer la mainmise russe en Méditerranée en s’implantant solidement dans le port militaire de Tartous et, préparer le terrain pour faire chuter la monarchie saoudienne. Les Iraniens enrobent leur détestation envers le régime de Riyad par d’oiseuses considérations religieuses, mais il ne faut pas être dupe, c’est une histoire de gros sous.

L’Arabie saoudite est d’une fragilité extrême et dépend exclusivement des voies maritimes pour le transport de son brut. Techniquement, quelques bombinettes sur ses puits de pétrole, tous localisés à l’est du pays et la fermeture des Détroits, vitaux pour leurs tankers, suffiraient pour mettre la famille Saoud à l’agonie et faire reflamber le cours du pétrole. En cas d'attaque, Salmane ben Abdelaziz Al Saoud n’aura qu’à réclamer l’aide de l’impotent Obama, et on verra bien ce qu’il recevra, sachant que les Etats-Unis ne se plaindraient, non plus, d’une augmentation du prix du pétrole.

Alors,  j’ai un conseil à vous donner: investissez dans les sociétés pétrolières et tout ce qui touche de près ou de loin au pétrole et au gaz, et n’oubliez pas de me verser ma commission quand vous aurez doublé votre mise.

lundi 12 octobre 2015

Il est tellement facile de comprendre le conflit Israélo-Arabe


L’Islam est une religion qui ne conçoit pas la cohabitation avec d’autres religions. Puisque Allah par définition  est le plus grand des dieux, les autres religions n’ont pas voix au chapitre.  Si les chrétiens et les Juifs avaient pour trois sous de cervelle, ils reconnaîtraient que, puisque il n’y a pas d’autre « dieu sérieux » qu’Allah, leur seul choix consiste à se convertir à l’Islam. 
Or, deux événements majeurs sont venus perturber ces belles certitudes: Le premier est la création de l’Etat d’Israël en 1948. Le second est la guerre des Six jours, qui entre autres s’est soldée par le passage de Jérusalem et, par voie de conséquence, de la Mosquée dite d’El Aqsa,  sous souveraineté israélienne. Une troisième catastrophe logique et inéluctable pour les Musulmans, qui dérive des deux précédentes, serait la transformation, progressive ou soudaine de l’Esplanade des Mosquées en Har Habaït, en  Mont du Temple. Si le Temple de Jérusalem et non la mosquée trônait sur l’esplanade, vous pensez bien que les Musulmans n’auraient de cesse que de vouloir le pulvériser. Pourquoi les Juifs n’en feraient pas de même avec la Mosquée. On aura beau expliquer au musulman lambda qu’Israël n’a aucune intention de faire sauter cette foutue mosquée, il n’y a aucune chance de le convaincre.
 La focalisation par les Arabes sur le Mont du Temple n’est bien sûr qu’un prétexte pour contester la légitimité d’Israël sur toute la terre qu’il occupe dans un Moyen-Orient qui devrait leur appartenir en totalité : de Tel-Aviv à Acco (Saint Jean d’Acres) en passant par Eilat les implantations de Judée et Samarie. Quand on a admis ce postulat, on comprend aisément que la solution d’un Etat palestinien collé à Israël est une pure chimère parce qu’il ne contenterait en aucune façon les Arabes qui veulent tout, sinon rien.

Quant à la vague d’attentats au couteau qui submerge aujourd’hui Israël, l’adresse du principal instigateur est aussi inscrite sur le mur - pas seulement sur le mur de Facebook - il s’agit de la faction Nord du Mouvement islamiste israélien dirigée par Raed Salah qui sévit contre Israël, presque en toute impunité  depuis des dizaines d’années. 

Autre responsable direct de la légitimation donnée aux Arabes de tuer du juif est l’Occident chrétien/éclairé/libéral/faussement moralisateur, qui ne veut surtout pas voir la différence entre l’assaillant et la victime ou, plus précisément, transforme l’assaillant en victime. La chrétienté a habitué ses ouailles et ses résultants  à considérer que le seul bon Juif était - n’ayons pas peur des mots - un certain Juif mort il y a deux mille ans, ou au mieux, des Juifs évanescents voire inexistants, comme l’ont été les Juifs pendant deux mille ans. Le retour sur la scène mondiale de l’Hébreu biblique guerrier, descendant de Josué, en route pour conquérir militairement la Terre promise à ses ancêtres contre les Cananéens et les Philistins, est  perçu comme un anachronisme insupportable de l’Histoire, ce en quoi il rejoint la position de l’Islam. Il est donc naturel et logique et naturel que l’Occident se range au côté des Arabes.  


.

jeudi 27 août 2015

L’incendiaire de Kfar Douma a confondu la calligraphie arabe avec la calligraphie hébraïque



Les circonvolutions des lettres et en particulier de la lettre Kouf dans le mot "Nekama" נקמה
(vengeance)  amènent à penser que ce mot n’a pas été écrit par un Juif. Un Israélien n’irait pas écrire la partie supérieure du Kouf  en arrondissant vers le haut le Réch qui surmonte le Noun final; ceci est typique de l'écriture arabe.

 La lettre Noun et la lettre Mém sont systématiquement arrondies, à la manière arabe.

Le trait qui souligne le mot נקמה ne couperait pas le bas de la lettre Kouf et rappelle singulièrement des passages du Coran où le mot est souligné.

Même le Maguén David qui surplombe les lettres est dessiné tout en rondeurs

En bref, le mot "Nékama" semble avoir été écrit par un arabisant, se voulant hébraïsant,  en appliquant  les règles calligraphiques de l’écriture arabe, ainsi qu’il est démontré dans le montage. Si vous ne me croyez pas, consultez un spécialiste. 


Selon le Coran, les Juifs ashkénazes ont donné naissance aux macaques blancs et les Sépharades aux macaques noirs






Il est bien connu que les singes, et plus précisément les macaques, descendent des Juifs et inversement. Sachant qu’il existe des macaques argentés clairs et des macaques noirs de poils, on peut en déduire logiquement, selon le saint Coran et d'après la version d'un journaliste soudanais, que les premiers sont les descendants des Ashkénazes et les seconds les Séfarades. CQFD. 

A moins que ce journaliste n'ait distingué quelque ressemblance entre les Streimel ashkénaze et la coiffe des macaques argentés.


dimanche 9 août 2015

« Il se leva un nouveau roi sur l’Egypte (pardon, aux Etats-Unis) qui (fit comme s’il) ne connaissait pas Joseph ». Exode 1:8


Dans la Torah, le verbe "se leva" Vayakam  présage souvent des choses fort désagréables.  Le meilleur exemple  s’applique à Caïn :  "Caïn de leva sur Abel son frère et le tua". Pourquoi, était-il assis jusque-là ? Et voici qu’en Egypte se leva un roi muni de fort mauvaises intentions à l'égard des Hébreux. La meilleure preuve, il ne connaissait pas Joseph. Comment est-il possible que le nouveau Pharaon n’ait jamais entendu parler de Joseph et de tous les bienfaits que ce dernier a prodigué à l’Egypte.  Joseph, vice-roi d’Egypte il n’y a pas bien longtemps, ne s’est pas contenté de sauver le pays de la ruine, mais en a fait le pays le plus puissant et le plus riche  de la région; les Etats-Unis de l’ère pharaonique. Ces choses-là ne s’oublient pas, à moins qu’on veuille les oublier sciemment. Les sages sont unanimes: Le Pharaon savait pertinemment qui était Joseph l’Hébreu et au lieu de bien traiter ses descendants en guise de remerciement, il décide de se lever contre eux afin  de les exterminer dans les camps de travail pharaoniques: "arbeiten macht frei", comme on le disait à Auschwitz.  

Ce phénomène s’est maintes fois produit dans les relations tourmentées entre les Juifs et les puissants des nations et continue à se produire de nos jours. Dès que les Juifs excellent dans ce qu’ils font, dès qu’ils apportent une contribution conséquente à leur pays d’adoption, on peut s’attendre à ce qu’un beau matin se lève un dirigeant pour leur nuire, voire les anéantir.

Ainsi, depuis la création de l’Etat d’Israël, les relations entre l’Etat hébreu et les Etats-Unis ont été plutôt bonnes, voire quelque fois excellentes, jusqu’à ce que, à la surprise générale, se lève un nouveau Président, venu de nulle part, qui décréta, même avant son investiture, que l’ennemi  à combattre était Israël . Qu’Israël ait  été le meilleur allié des Etats-Unis dans la région, que ce soit le seul Etat démocratique du Moyen-Orient, que les Israéliens dans leur immense majorité adorent les Etats-Unis et que les Américains le leurs rendent bien, tout ceci était effacé d’un trait de plume comme si cela n’avait jamais existé. C’est normal, Obama "ne connaissait pas Joseph".

Par contre Obama connait, apprécie, aime, admire …. les ennemis d’Israël, en l’espèce, les Musulmans. Et où est-il allé, aussitôt investi,  clamer son amour ? Mais au Caire pardi. La boucle se referme et nous voilà à nouveau en Egypte.

 Lors de son fameux discours du 5 juin 2009, soit moins de six mois après son investiture,  il  s’adresse à 1,5 milliard de musulmans, cite le "Saint Coran" à plusieurs reprises, plaide pour la grandeur d’un islam civilisateur, inventeur de l’algèbre et de la médecine (sic) et évoque les appels du Muezzin de son enfance. Rien n’y manque !

Second temps le Printemps arabe met en selle, il fallait s’y attendre, les Frères Musulmans, archétype de l’Islam bien comme il faut, selon Obama. La contribution d’Obama et de ses services à la destitution de Housni Moubarak  sera un beau jour décryptée par les Historiens, nous n’allons donc pas nous y étendre. Obama jubile: Morsi et consorts, les plus obscurantistes des Musulmans égyptiens, dont se réclame le Hamas, puisqu’il en est une excroissance, lui permettent de réaliser son rêve qui est de voir le principal et le plus emblématique des pays arabes être dirigé par des Musulmans qui sauront lire le Coran et appliquer la Charia. Autre avantage et non des moindres, les Frères Musulmans haïssent Israël et sauront se lever contre Abel/Joseph afin de le faire disparaître.

Il faut croire que le D. d’Israël n’avait pas trop envie de voir les Frères Musulmans régner en Egypte et a fait en sorte pour faire éclore un l’Empereur Sissi. Ouf, ont soupiré les Israéliens ; les Égyptiens aussi d’ailleurs.

Troisième temps : Furieux de n’avoir pas réussi son coup en Egypte, Obama loin de se décourager met en selle un ennemi encore plus déterminé à se lever contre Israël pour l’anéantir, en l’espèce  la Perse. De quoi a besoin l’Iran pour parvenir à ses fins ? D’un nombre appréciable de milliards de dollars. Obama les lui offre sur un plateau d’argent en échange d’un accord bidon fait pour la galerie. 

Tentez d’imaginer la situation d’Israël avec les Frères musulmans à la tête de l’Egypte, comme l’avait souhaité Obama ; Daesh s’en serait emparé sans tirer un coup de feu. Si cela ne s’est pas produit, c’est que Là-Haut ce n’était pas au programme. Il en sera de même  pour l’Iran. Comment ? Personne ne peut le prédire. En attendant,  Bibi a raison de pousser sur le champignon sans se soucier des états d’âme d’Obama car plus personne n’a le droit de dire qu’il "ne connaissait pas Joseph".

mardi 4 août 2015

CMA CGM, le principal armateur français reprend en totalité ses livraisons à l'Iran. Merci qui ???

L'armateur français CMA CGM a annoncé avoir décidé de reprendre ses livraisons à l'Iran dès le début août dans le cadre de la levée progressive des sanctions liée à l'accord sur le dossier nucléaire.
Le groupe marseillais CMA CGM, qui exploite 445 navires et emploie plus de 20.000 personnes, a réalisé un chiffre d'affaires de 16,7 milliards de dollars (15,2 milliards d'euros) en 2014. Il est dirigé par Jacques R. Saadé , en arabe جاك سعادة , un franco-libanais basé à Marseille.

Question 1 : puisqu’il y a une levée de sanctions progressive, pourquoi CMA reprend la livraison non progressive mais totale de ses livraisons
Question 2 : qui va contrôler le contenu des containers
Question 3 : combien de temps avant que tous les armateurs de la planète se mettent à l’unisson de CMA

Réponse et moralité de l’histoire : L’embargo sur l’Iran qui se devait d’être progressif est désormais total. L’Iran va recevoir, sans restriction aucune, tout ce qui l’intéresse et pourra désormais le payer avec les milliards que lui a débloqué l’Occident.
Merci Mr Obama pour cet accord "équilibré" et respecté par les Iraniens et les Puissances signataires de l'accord.

dimanche 2 août 2015

l’Ayatollah Ali Khamenei a désormais son Mein Kampf

l’Ayatollah Ali Khamenei se lance dans la littérature apocalyptico-géopolitique dans un livre de 416 pages intitulé "Palestine" ou, comment détruire l’Etat d’Israël sans avoir recours à la bombe atomique. Il y démontre que le meilleur moyen pour faire fuir les Juifs d’Israël est de jouer avec leurs nerfs, afin que fatigués et sans espoir, ils retournent dans leurs patries d’origine dont bien évidemment ils détiennent toujours la nationalité. Le Livre n’existe pour l’instant qu’en persan, mais nous espérons des traductions dans quelques autres langues. En français il serait très apprécié. Espérons que l'ouvrage sera bientôt porté à l’attention des Sénateurs Démocrates qui devront se déterminer si l’accord signé avec l’Iran est une bonne chose pour Israël. 

jeudi 30 juillet 2015

Nos élus et intellectuels triomphent: "la France a gagné le titre du pays le plus musulman d’Europe"









Reçu de la part d’un ami une liste, non exhaustive, d’élus de la République et d’intellectuels français de premier plan qui s’enthousiasment de la chance de la France d’être devenue, comme le dit Edwy Plenel,  le premier pays musulman d'Europe. Comme un bonheur n’arrive jamais seul, la France pourra bientôt  s’enorgueillir de connaitre la plus grande hémorragie d’Europe ; à savoir le plus grand nombre de Juifs à quitter son territoire. Il suffit maintenant d’attendre pour vérifier l’étendue et la portée de ce double constat.
Voici donc le trombinoscope et les pensées profondes, à graver dans le marbre avec un ciseau à froid,  de ces remarquables personnalités.
Dans une course, même une course de cons, il faut bien un gagnant; le maillot jaune, pardon, vert, comme l'Islam, est français 

dimanche 26 juillet 2015

Hitler qui a travaillé comme grouillot à l’Hôtel Imperial à Vienne, y fête en1938 l’annexion de l’Autriche, suivi par John Kerry qui croit y avoir signé la destruction d’Israël.


Lors de sa jeunesse quasi clocharde à Vienne, Hitler travaille notamment  comme travailleur journalier à l’Hôtel Imperial à Vienne. Il n’y fera pas long feu, gardant de ses années de galère dans la capitale autrichienne un souvenir amer qui l’aidera à concevoir ses futures élucubrations. Il y retourne en grandes pompes quelques années plus tard pour y fêter l’annexion de l’Autriche (Anschluss). A l’Hôtel Imperial, bien sûr !

En 1998 Simon Wiesenthal  le fameux chasseur de Nazis fête son 90 ème anniversaire au même Hôtel. Un dîner tout ce qu’il y a de casher durant lequel Wiesenthal  au cours duquel il prononce cette phrase qui se voudrait prophétique: "Regardez, même les chandeliers tremblent. Hitler est parti, les Nazis ont disparu mais nous sommes toujours là, chantant et dansant » (“Look, even the chandeliers are shaking,” said Wiesenthal at the dinner. “Hitler is gone. The Nazis are no more. But we are still here, singing and dancing.”)

Il est vrai qu’Hitler n’est plus, que les Nazis ont disparu, mais je suis certain que les chandeliers qui trônaient  au dîner de Simon n’ont pas tremblé parce qu’ils savaient que 19 ans plus tard, l’Histoire se répétera, avec, dans le rôle Chamberlain,  le sieur John Kerry, et comme Sonéï  (haïsseurs) Israël  le couple infernal  formé par Ayatollahs + Obama.

Simon Wiesenthal nous a quitté mais les chandeliers de ce fameux dîner doivent bien exister quelque part. Il faudra qu’après la prochaine défaite fracassante de l’Iran et l’immersion dans les poubelles de l’histoire d’Obama, Kerry et consorts (où la vérité finira par éclater), l’Etat d’Israël organise une grande fête - casher, bien sûr - à l’Hôtel Imperial, avec le chandelier /Menorah comme invité d’honneur. Ne serait-ce que pour honorer la mémoire de Théodore Herzl, en l’honneur de qui ces farceurs d’Autrichiens ont érigé une place juste en face de l’Hôtel Imperial. L'Histoire a de ces clins d’œil qu'il faudrait être aveugle pour ne pas les voir.

vendredi 24 juillet 2015

Plus de trous que de fromage dans l’accord Gruyère iranien auquel l’ONU rajoute une couche. Décryptage

Tous les jours on découvre dans l’accord signé entre "les Puissances" et l’Iran des trous béants qui montrent à quel point l’Iran  a entortillé l’Occident. Ces trous figurent évidemment dans les additifs techniques rédigés en annexe à l’accord. L’accord intégral n’a évidemment pas été communiqué à Israël; il n’y a que élus américains qui en ont eu connaissance, à charge pour eux de les garder secrets. 

Vous pensez bien qu’Israël, par des voies détournées, s’est procuré l’accord dans son intégralité et que les trous dans le gruyère commencent à apparaître au grand jour. Les sénateurs américains qui ont décidé de ne pas respecter  la pseudo clause de confidentialité - et pourquoi le feraient-ils puisqu’il s’agit de partie intégrante de l’accord - ont crucifié John Kerry à la Commission des Affaires étrangères du Sénat, l’accusant de s’être laissé berner par les Iraniens, en toute connaissance de cause.

Je vous ai rapporté dans mon précèdent article une première saloperie figurant dans la partie technique. Les signataires de l’accord assisteront l’Iran dans les cas de sabotage informatique sur le programme nucléaire. Autrement dit en cas de cyber-attaque israélienne contre les installations nucléaires et balistiques iraniennes, les Etats-Unis et leurs alliés mettront leurs meilleurs cerveaux  au service du régime des Ayatollahs, pour déjouer ces attaques.

J’ai découvert ce matin un second trou de Gruyère dans ces accords. Les Iraniens  prélèveront eux-mêmes les échantillons en provenance de la base militaire ultra secrète de Parchin 
פרצ'ין  qu’ils remettront à qui de droit. Cela ressemble singulièrement à un criminel qui prélèvera lui-même ses empreintes digitales pour les remettre à la police. Donc, non seulement l’Iran disposera de 24 jours - autrement dit un siècle - pour nettoyer le terrain mais aura le loisir de choisir/prélever les empreintes/échantillons qui seront remis aux contrôleurs occidentaux. A signaler que John Kerry n’a pas nié ce point de l’accord se contentant de répondre au Sénateur qui l’a soulevé, qu’il s’agit d’un secret "issue" qui ne peut être discuté publiquement. Qui ne dit mot, consent.

Autre saloperie qui provient,  elle,  du vote de l’ONU sur cet accord, permet à l’Iran de procéder à des essais balistiques, pour mieux s’entraîner à balancer leurs fusées équipées d’ogives nucléaires, sur Israël.

Autrement dit, d’un côté, les Etats-Unis d’Obama et tous les poissons suiveurs,  autorisent les Iraniens à enfreindre tous les accords sur la limitation de l’arme nucléaire, et de l’autre côté l’ONU permet aux Iraniens d’affûter la partie balistique, non négociée dans l’accord. Un partage des taches, en quelque sorte.

Enfin, le 9 Av approche à grands pas. Hashem, fidèle à Ses habitudes, ne nous a pas fait de cadeaux en cette période de Béin Hametsarim (entre les "détroits" ou entre les "catastrophes" qui séparent le 17 Tamuz du 9 Av), mais, mêmes les mauvaises choses ont une fin et, à partir du 10 Av, on peut raisonnablement espérer que les Rechaïm, traduction personnelle : les Ignobles, commenceront à recevoir leur punition, qu'Israël trouvera la solution au problème; après tout on en a vu d'autres.



dimanche 19 juillet 2015

Les signataires de l’accord assisteront l’Iran dans les cas de sabotage informatique sur le programme nucléaire

Jusque-là ils s’employaient, comme Israël, à entraver l’avancée du programme nucléaire iranien par des biais informatiques. Désormais, d’après un alinéa technique - secret - joint à l’accord, ils assisteront l’Iran à contrer un cyber attaque. De la part de qui ? De la part d’Israël bien sûr ! 
Un accord équitable, n'est-ce pas ?

Obama choisit la période tragique des trois semaines qui séparent le 17 Tamouz du 9 Av pour rendre à l’Iran/Babel/Parass sa puissance d’antan.

La période qui se situe entre le 17 Tamouz et le 9 Av תשעה באב s’appelle Bein Hamétsarim בין המצרים. Le 17 Tamouz une brèche fut percée dans les enceintes des deux Temples de Jérusalem et trois semaines après, ils furent complètement rasés. Nos sages nous disent qu’une couche de sel fut répandue sur l’emplacement du Temple afin que plus rien ne puisse y pousser.

Or que signifie « Bein Hamétsarim », sachant que le mot Meitsar renvoie soit sur le mot Tsar, "étroit", soit sur Tsaar "peine catastrophe". Il implique que les ennemis d’Israël ont beaucoup plus de chances de l’affaiblir entre ces deux dates qui renvoient aux plus grandes drames de son histoire, où, lorsque les Hébreux se trouvent à l’intérieur d’un passage étroit qui ne fournit guère de marge de manœuvres.  En effet un Meitsar est aussi un détroit maritime enserré entre deux côtes qui le bordent, un canal, qui constitue un passage naturel entre la haute mer. Voir détroit de Gibraltar, détroit d'Ormuz..

Il n’y a donc pas lieu  de s’étonner que le traité ignominieux signé entre l’Occident/Edom mené par Hussein Obama et la Perse/Parass/ Iran/Babel fut signé un 14 Juillet, jour de la guillotine qui laisse peu de place entre la tête et le billot, tombe pile au milieu de la période de Bein Hamétsarim, période tragique s’il en fut pour Le peuple Juif.

Par ailleurs le mot אב soit Alef et Beth revoie aussi aux initiales d’Edom  et de Babel ; N’est-ce pas Nabuchodonosor et Titus qui ont détruits les deux Temples. De nos jours, alors qu’Israël est fort et solidement implanté sur sa terre, Edom l’Occident n’a plus ni la force ni l’énergie  de soumettre seul Israël, alors il a besoin de s’associer avec Parass et ses Ayatollahs pour tenter d’en venir à bout.

Alors le chef de l’Occident gratifie l’Iran de ce qu’il lui manquait jusque-là : le nerf de la guerre, soit l’argent, l’arme nucléaire et l’élévation au rang de grande puissance régionale en mesure de pousser ses pions/vassaux.


Edom et Babel/Parass sont enfin associés dans l’œuvre d’annihilation de l’Etat Juif. Mais ne vous tourmentez pas, Le 9 Av est suivi d'autres dates qui sont favorables à Sion. Les Réchaïm y perdront leur culotte.

mardi 7 juillet 2015

Obama: "Les ideologies ne sont jamais vaincues par les armes mais avec de meilleures idées"

Le Président le plus abruti que les Etats Unis aient connu depuis leur fondation a déclaré doctement, comme s'il citait une maxime de Confucius que les Idéologies doivent être combattues par d'autres idéologies, et pas par les armes "ideologies are not defeated with guns but better ideas". Ainsi Hitler l'idéologue de Mein kampf n'aurait jamais du être combattu par des armées et des armes mais par une autre idéologie qui l'aurait convaincu de lâcher la grappe aux Juifs et à l'Europe. Ainsi, au lieu de faire la guerre il se serait terré en 1939 dans dans son bunker et se serait tiré une balle dans la tête, avant de de déclarer les hostilités. Et Obama d'ajouter que de toutes manières les Etats Unis ne sera jamais en guerre contre l'Islam, "will never be at war with Islam". L'Islam est d'ailleurs une si chouette idéologie qu'il n'est pas possible de lui en opposer une autre, meilleure. L'idéologie des Ayatollahs ne sera jamais combattue par les armes; il suffit de leur opposer l'idéologie concoctée par Obama. 
Discours prononcé au Pentagone censé mener la guerre contre ISIS !!



jeudi 2 juillet 2015

Obama ordonne aux soldats américains qui combattent dans les pays musulmans de se conformer aux lois de la Sharia, sous peine d’amende ou prison

Baraq Hussein Obama, le bien nommé, Commandant suprême des forces armées américaines a fait savoir au Pentagone que les soldats américains qui combattent dans les pays musulmans doivent, hors de leurs bases, se conformer aux Lois locales (lire la Shariah), se montrer tolérants envers les Musulmans lors du jeûne du Ramadan. Bref se conformer aux mœurs, usages, coutumes et religion locales. A la guerre, comme à la guerre, mais pas en terre musulmane.

Quelques mesures concrètes:

- Les soldats et autre personnel militaire qui ont pour habitude de boire leur café en conduisant leur jeep, s’en abstiendront pendant le mois du Ramadan

- Les bureaux et lieux d’accueil américains en terre musulmane réduiront leurs heures d’ouverture pendant le jour et les restaurants seront fermés

Les militaires américains (au Bahreïn) ne fumeront pas, ne mangeront pas et ne boiront pas aux au vu et su  de tous pendant le Ramadan, sous peine de sanction : 685 dollars d’amende  jusqu’à deux mois de prison. Qu’on se le dise

- Le personnel de la Navy (sans doute plus dissipé que les autres corps)  est prié de s’habiller plus décemment. Les hommes porteront des pantalons et des chemises à manches longues. Les femmes sont priées de ne pas dévoiler leurs genoux, ni leurs coudes.

- Les militaires américains qui œuvrent en terre d’Islam ont été soumis avant le Ramadan à des cours intensifs sur les usages et traditions musulmanes.

Obama a oublié de rappeler aux Musulmans qu' à titre de réciprocité,  pendant le Ramadan, on ne décapite pas, on n’assassine pas des touristes innocents, on ne se fait pas sauter dans les lieux saints…   Obama par contre n’a pas oublié d’offrir à l’Iran le plus beau cadeau qui soit; à savoir le droit d’atomiser qui bon lui semble. Le tout accompagné de la levée de sanctions financières pour accélérer encore plus le bordel moyen-oriental dont il est le principal responsable.  

J'ai comme l'impression que ces mesures obamiennes avant-gardistes ne tarderont pas à être copiées et appliquées, hors du cadre militaire s'entend, par la Francearabia. Respect, quoi !!!