jeudi 27 août 2015

L’incendiaire de Kfar Douma a confondu la calligraphie arabe avec la calligraphie hébraïque



Les circonvolutions des lettres et en particulier de la lettre Kouf dans le mot "Nekama" נקמה
(vengeance)  amènent à penser que ce mot n’a pas été écrit par un Juif. Un Israélien n’irait pas écrire la partie supérieure du Kouf  en arrondissant vers le haut le Réch qui surmonte le Noun final; ceci est typique de l'écriture arabe.

 La lettre Noun et la lettre Mém sont systématiquement arrondies, à la manière arabe.

Le trait qui souligne le mot נקמה ne couperait pas le bas de la lettre Kouf et rappelle singulièrement des passages du Coran où le mot est souligné.

Même le Maguén David qui surplombe les lettres est dessiné tout en rondeurs

En bref, le mot "Nékama" semble avoir été écrit par un arabisant, se voulant hébraïsant,  en appliquant  les règles calligraphiques de l’écriture arabe, ainsi qu’il est démontré dans le montage. Si vous ne me croyez pas, consultez un spécialiste. 


Selon le Coran, les Juifs ashkénazes ont donné naissance aux macaques blancs et les Sépharades aux macaques noirs






Il est bien connu que les singes, et plus précisément les macaques, descendent des Juifs et inversement. Sachant qu’il existe des macaques argentés clairs et des macaques noirs de poils, on peut en déduire logiquement, selon le saint Coran et d'après la version d'un journaliste soudanais, que les premiers sont les descendants des Ashkénazes et les seconds les Séfarades. CQFD. 

A moins que ce journaliste n'ait distingué quelque ressemblance entre les Streimel ashkénaze et la coiffe des macaques argentés.


dimanche 9 août 2015

« Il se leva un nouveau roi sur l’Egypte (pardon, aux Etats-Unis) qui (fit comme s’il) ne connaissait pas Joseph ». Exode 1:8


Dans la Torah, le verbe "se leva" Vayakam  présage souvent des choses fort désagréables.  Le meilleur exemple  s’applique à Caïn :  "Caïn de leva sur Abel son frère et le tua". Pourquoi, était-il assis jusque-là ? Et voici qu’en Egypte se leva un roi muni de fort mauvaises intentions à l'égard des Hébreux. La meilleure preuve, il ne connaissait pas Joseph. Comment est-il possible que le nouveau Pharaon n’ait jamais entendu parler de Joseph et de tous les bienfaits que ce dernier a prodigué à l’Egypte.  Joseph, vice-roi d’Egypte il n’y a pas bien longtemps, ne s’est pas contenté de sauver le pays de la ruine, mais en a fait le pays le plus puissant et le plus riche  de la région; les Etats-Unis de l’ère pharaonique. Ces choses-là ne s’oublient pas, à moins qu’on veuille les oublier sciemment. Les sages sont unanimes: Le Pharaon savait pertinemment qui était Joseph l’Hébreu et au lieu de bien traiter ses descendants en guise de remerciement, il décide de se lever contre eux afin  de les exterminer dans les camps de travail pharaoniques: "arbeiten macht frei", comme on le disait à Auschwitz.  

Ce phénomène s’est maintes fois produit dans les relations tourmentées entre les Juifs et les puissants des nations et continue à se produire de nos jours. Dès que les Juifs excellent dans ce qu’ils font, dès qu’ils apportent une contribution conséquente à leur pays d’adoption, on peut s’attendre à ce qu’un beau matin se lève un dirigeant pour leur nuire, voire les anéantir.

Ainsi, depuis la création de l’Etat d’Israël, les relations entre l’Etat hébreu et les Etats-Unis ont été plutôt bonnes, voire quelque fois excellentes, jusqu’à ce que, à la surprise générale, se lève un nouveau Président, venu de nulle part, qui décréta, même avant son investiture, que l’ennemi  à combattre était Israël . Qu’Israël ait  été le meilleur allié des Etats-Unis dans la région, que ce soit le seul Etat démocratique du Moyen-Orient, que les Israéliens dans leur immense majorité adorent les Etats-Unis et que les Américains le leurs rendent bien, tout ceci était effacé d’un trait de plume comme si cela n’avait jamais existé. C’est normal, Obama "ne connaissait pas Joseph".

Par contre Obama connait, apprécie, aime, admire …. les ennemis d’Israël, en l’espèce, les Musulmans. Et où est-il allé, aussitôt investi,  clamer son amour ? Mais au Caire pardi. La boucle se referme et nous voilà à nouveau en Egypte.

 Lors de son fameux discours du 5 juin 2009, soit moins de six mois après son investiture,  il  s’adresse à 1,5 milliard de musulmans, cite le "Saint Coran" à plusieurs reprises, plaide pour la grandeur d’un islam civilisateur, inventeur de l’algèbre et de la médecine (sic) et évoque les appels du Muezzin de son enfance. Rien n’y manque !

Second temps le Printemps arabe met en selle, il fallait s’y attendre, les Frères Musulmans, archétype de l’Islam bien comme il faut, selon Obama. La contribution d’Obama et de ses services à la destitution de Housni Moubarak  sera un beau jour décryptée par les Historiens, nous n’allons donc pas nous y étendre. Obama jubile: Morsi et consorts, les plus obscurantistes des Musulmans égyptiens, dont se réclame le Hamas, puisqu’il en est une excroissance, lui permettent de réaliser son rêve qui est de voir le principal et le plus emblématique des pays arabes être dirigé par des Musulmans qui sauront lire le Coran et appliquer la Charia. Autre avantage et non des moindres, les Frères Musulmans haïssent Israël et sauront se lever contre Abel/Joseph afin de le faire disparaître.

Il faut croire que le D. d’Israël n’avait pas trop envie de voir les Frères Musulmans régner en Egypte et a fait en sorte pour faire éclore un l’Empereur Sissi. Ouf, ont soupiré les Israéliens ; les Égyptiens aussi d’ailleurs.

Troisième temps : Furieux de n’avoir pas réussi son coup en Egypte, Obama loin de se décourager met en selle un ennemi encore plus déterminé à se lever contre Israël pour l’anéantir, en l’espèce  la Perse. De quoi a besoin l’Iran pour parvenir à ses fins ? D’un nombre appréciable de milliards de dollars. Obama les lui offre sur un plateau d’argent en échange d’un accord bidon fait pour la galerie. 

Tentez d’imaginer la situation d’Israël avec les Frères musulmans à la tête de l’Egypte, comme l’avait souhaité Obama ; Daesh s’en serait emparé sans tirer un coup de feu. Si cela ne s’est pas produit, c’est que Là-Haut ce n’était pas au programme. Il en sera de même  pour l’Iran. Comment ? Personne ne peut le prédire. En attendant,  Bibi a raison de pousser sur le champignon sans se soucier des états d’âme d’Obama car plus personne n’a le droit de dire qu’il "ne connaissait pas Joseph".

mardi 4 août 2015

CMA CGM, le principal armateur français reprend en totalité ses livraisons à l'Iran. Merci qui ???

L'armateur français CMA CGM a annoncé avoir décidé de reprendre ses livraisons à l'Iran dès le début août dans le cadre de la levée progressive des sanctions liée à l'accord sur le dossier nucléaire.
Le groupe marseillais CMA CGM, qui exploite 445 navires et emploie plus de 20.000 personnes, a réalisé un chiffre d'affaires de 16,7 milliards de dollars (15,2 milliards d'euros) en 2014. Il est dirigé par Jacques R. Saadé , en arabe جاك سعادة , un franco-libanais basé à Marseille.

Question 1 : puisqu’il y a une levée de sanctions progressive, pourquoi CMA reprend la livraison non progressive mais totale de ses livraisons
Question 2 : qui va contrôler le contenu des containers
Question 3 : combien de temps avant que tous les armateurs de la planète se mettent à l’unisson de CMA

Réponse et moralité de l’histoire : L’embargo sur l’Iran qui se devait d’être progressif est désormais total. L’Iran va recevoir, sans restriction aucune, tout ce qui l’intéresse et pourra désormais le payer avec les milliards que lui a débloqué l’Occident.
Merci Mr Obama pour cet accord "équilibré" et respecté par les Iraniens et les Puissances signataires de l'accord.

dimanche 2 août 2015

l’Ayatollah Ali Khamenei a désormais son Mein Kampf

l’Ayatollah Ali Khamenei se lance dans la littérature apocalyptico-géopolitique dans un livre de 416 pages intitulé "Palestine" ou, comment détruire l’Etat d’Israël sans avoir recours à la bombe atomique. Il y démontre que le meilleur moyen pour faire fuir les Juifs d’Israël est de jouer avec leurs nerfs, afin que fatigués et sans espoir, ils retournent dans leurs patries d’origine dont bien évidemment ils détiennent toujours la nationalité. Le Livre n’existe pour l’instant qu’en persan, mais nous espérons des traductions dans quelques autres langues. En français il serait très apprécié. Espérons que l'ouvrage sera bientôt porté à l’attention des Sénateurs Démocrates qui devront se déterminer si l’accord signé avec l’Iran est une bonne chose pour Israël.