mardi 29 mars 2016

56 % de Juifs américains ne savent pas assez pour affirmer que Jérusalem est la Capitale de l’Etat d’Israël et de ce fait digne d'y accueillir l’Ambassade américaine

Donald Trump et Ted Cruz se disputent à qui mieux mieux pour promettre aux Juifs américains, qu’une fois élus, ils transporteront, comme sur les ailes d’un aigle, l’Ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem. Cela semble aux deux candidats Républicains comme une promesse lourde de sens qui devrait leur valoir la bienveillance, sinon le vote, des électeurs juifs.

Un sondage Gallup qui s’est déroulé du 9 au 14 Mars de cette année fournit des résultats étonnants. La question était énoncée ainsi:

Etes-vous d’accord ou n’êtes-vous pas d’accord ou n’en savez-vous pas assez  pour dire ? Les Etats-Unis devraient reconnaître Jérusalem comme la Capitale de l’Etat d’Israël et déménager leur Ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem.

(Do you agree or disagree with this proposal, or don't you know enough to say? Recognize Jerusalem as the capital of Israel and move the U.S. Embassy to Jerusalem from Tel Aviv)
Résultats

24% sont pour le transfert, 20 % sont contre et 56 %  ne disposent pas de suffisamment d’éléments pour affirmer que Jérusalem est bien la Capitale de l’Etat d’Israël et de ce fait digne d'y accueillir l’Ambassade américaine

Peu importe que la question soit mal posée ou carrément ambiguë; à savoir sur quoi les sondés devraient-ils se prononcer ? Sur le fait que Jérusalem est la Capitale d’Israël  ou si les Etats-Unis devraient y déménager leur Ambassade ? 

Ce qui m’épate et me donne de l’urticaire est, non pas que 20% de Juifs soient contre mais que 56 % d’entre eux ne soient pas en mesure de répondre à la question parce que .... ils n’en savent pas assez (don’t know enough). 

Mais qu’est-ce qu’ils savent au juste ces Feuj ricains, à part qu’un bon Juif bien intégré doit voter Démocrate, même si le candidat est hostile à Israël comme l’est Obama ou comme le sera Hillary ?  Qu’est-ce qu’il faut leur expliquer de plus pour leur asséner que Jérusalem est bien la Capitale de l’Etat d'Israël et ce, depuis un bon moment déjà ? Que signifie cette incapacité de répondre à une question qui parait si simple ? Traduit-elle l’inculture crasse des Juifs américains pour tout ce qui touche à Israël , est-ce du je-m'en-foutisme ou une façon déguisée de répondre NON. Non, la Capitale d’Israël n’est pas Jérusalem, mais je ne suis pas assez informé pour répondre carrément non. 


vendredi 11 mars 2016

Si les Palestiniens n’étaient pas ce qu’ils sont, il serait juste de leur donner un Etat

Si les Palestiniens de Jérusalem-est et ceux de Judée Samarie voulaient réellement un Etat indépendant, viable et démocratique, ils l’auraient obtenu déjà il y a longtemps;. Vraisemblablement lors du plan de partage de la Palestine approuvé par l’ONU le 29 novembre 1947, accepté par les Juifs et refusé par les Arabes qui revendiquent l’ensemble du territoire. Après, l’histoire se répète, inlassablement.  Rabin/Péres, Barak, et Olmert proposent aux Palestiniens un territoire conséquent pour y construire une entité arabe pouvant servir de base à un Etat souverain et, immanquablement les Palestiniens refusent. Rien ne sert de se pencher sur les arguments plus ou moins fallacieux invoqués par Arafat et ses mandataires arabes, le rejet de la main tendue est toujours motivée par la même raison : "On veut tout ou sinon rien" et, il hors de question de cohabiter avec un Etat juif,  parce qu’un Etat juif ne peut et ne doit pas exister.

On aurait pu penser qu’au fils des générations  les choses se seraient améliorées, or elles ont empiré, notamment à cause des Accords d’Oslo.  On oublie fréquemment  que c’est lors de ces Accords maudits que les Palestiniens ont obtenu une mainmise totale sur leur système scolaire et lesmanuels qui vont avec.

Jusqu'en 1967, la Jordanie contrôlait le système scolaire en Cisjordanie, et l'Egypte, celui de Gaza. Après la guerre de 1967, Israël s'est chargé de l'enseignement palestinien, avec les mêmes manuels jordaniens et égyptiens, quelque peu amendés.   Les Palestiniens sont devenus maîtres de leur système scolaire en 1994, dans le sillage des accords d'Oslo, au cours desquels ils s'étaient engagés à suivre des "mesures de confiance" qui comprenaient une réforme de l'enseignement. Or, depuis 22 ans il est coutume d’enseigner aux charmantes têtes brunes que “S'il y a 13 juifs et que 9 sont tués, il reste malgré tout quatre Juifs vivants ”. De la maternelle à la Terminale on n’éduque pas les petits palestiniens, on les endoctrine dans la détestation du Juif. Résultat : une nouvelle génération, élevée dans la haine d’Israël est née. 
Sur le fond du refus de l’entité sioniste qui ne date pas d’hier et qui trouve ses racines lors des premières Allyot du début du XX ème siècle, est venue se greffer une génération de jeunes palestiniens nourris depuis leur naissance par la diabolisation du Juif et la nécessité impérieuse de les éliminer. C’est cette génération concoctée par l’Autorité palestinienne, nourrie de manuels scolaires subversifs qui saisit le matin un couteau dans la cuisine familiale pour tuer de l’Israélien.

L’encadrement familial où c’est la Mama qui va chercher des pierres bien pointues pour les remettre à ses chérubins afin qu’ils les balancent sur les soldats de Tsahal et, où le papa pleure des larmes de joies parc que son fils tué est devenu un Shahid, complète le tableau.

L’Autorité Palestinienne qui rétribue largement les familles des Shahid abattus par Israël, dédommage pour toute destruction de maison ayant abrité des terroristes, honore l'assassin par des funérailles grandioses et pousse les gamins à tuer de l’Israélien, porte sa part de responsabilité.

L’idéologie mortifère où la mort est préférable à la vie, pour je ne sais quelle récompense fallacieuse dans l’eau delà, complète le tableau.

C’est à ces gens-là qu’il faudrait  donner un Etat, nous serinent Obama et les Européens. Un Etat qui deviendra immanquablement le repère de tout ce que la planète compte de cinglés conditionnés, comme la nouvelle génération de Palestiniens, à tuer du juif. Un Etat situé à un jet de pierres de la Ligne Verte.


Ah, si les Palestiniens ressemblaient aux Suédois - bien que cette comparaison soit de moins en moins pertinente, compte tenu du nihilisme et de imbécillité ambiante qui s’est installée dans ce pays-   s’ils étaient pacifiques, industrieux, soucieux de l’avenir de leurs gamins ; alors oui, Israël pourrait vivre en bon voisinage avec un Etat palestinien. Seulement voilà, ils ne sont rien de tout ça. 

Alors la seule solution consiste à, dans un premier temps, annexer au vu et au su des Nations, la zone C qui abrite les principales implantations juives au-delà de la Ligne Verte et, dans un deuxième temps, se séparer physiquement de la façon la plus  hermétique qui soit de ce que le monde entier s’entête à qualifier de "Palestine"». Et surtout, surtout, balancer la clé à la mer afin que personne ne la retrouve. Sur leur territoire ils feront ce que bon leur semble. Bien entendu, si les Arabes  israéliens manifestent leur mauvaise humeur à l’égard de l’Etat hébreu, s'ils n'y sont pas épanouis, un passage sera prévu pour les conduire fissa au-delà de la frontière , à Gaza ou en Palestine.