mercredi 28 septembre 2016

Peres, l’homme qui n’a jamais pu perdre son accent galoutique et sauva le plus de vies israéliennes sans avoir tiré un coup de feu.

Shimon Peres est arrivé en Israël à 11 ans; l’âge où en général les enfants perdent leur accent galoutique pour adopter l’accent Eréts israélien. Cela n’a pas été son cas et le poursuivra tout au long de sa vie. Manque d’oreille musicale ou influencé profondément par son grand père harédi, le Rav Tsvi Meltzer bogér Yeshivat Voljin. Le Jeune Szymon Perski fut dans son enfance un petit garçon profondément religieux. Cela lui passa très vite dès qu’il mit le pied sur le sol brûlant et magnétique de la terre promise. Il se débarrassa de ses frusques polonaises pour adopter le short kaki obligatoire et changea sa langue. D’un hébreu diasporique appris dans son école juive polonaise il adopta l’hébreu des Tsabar mais ne ressembla jamais à l’un d’entre eux, et en particulier à Moshé Dayan qui longtemps fut son modèle.

Shimon qui, de l’avis de ses maîtres, était un garçon surdoué, comprit vite que sa contribution à la construction de l’Etat d’Israël passerait par ses efforts à doter le pays des armes qui lui manquaient cruellement. Et là, il commit la grande erreur de sa vie qui se transforma en bénédiction pour l’Etat en construction ; il refusa de s’enrôler dans l’armée pour se consacrer par tous les moyens à se procurer des armes. Il y réussit au-delà de tout espoir ; de fusils mitrailleurs jusqu’au Kour de Dimona, en passant par les tanks et les avions, il permit à l’Etat juif de défaire ses ennemis. Shimon est sans conteste l’homme sauva le plus de vies israéliennes sans avoir tiré un coup de feu.

Dans un pays où la chose militaire et les actes de bravoure constituent le vrai marchepied pour le pouvoir il fut longtemps considéré comme le canard boiteux. Ce n’est pourtant pas sa faute s’il comprenait les choses plus vite que les autres et savait où se trouvent les priorités. Il regretta d’ailleurs plus tard d’avoir sauté la case uniforme.

Shimon, adulé par les puissants de ce monde pour de mauvaises raisons ou par incompréhension de la spécificité israélienne,  fut longtemps snobé par son peuple, également pour des mauvaises raisons.  Aujourd’hui, à la fin de sa route, Israël devra se mettre à la recherche d’un nouveau visionnaire de son calibre. Que sa mémoire soit une bénédiction pour le Klal Israël

dimanche 25 septembre 2016

Israël, peuple élu, peuple de débrouillards ou peuple violet ?

A  six reprises la Torah nous répète qu’Israël est un "Am Ségoula" עם סגולה. Si l’on passe en revue dans la littérature rabbinique, Talmud, Midrash, Zohar, et tous les commentateurs qui comptent, "Ségoula" serait  un objet précieux, de grande valeur, un trésor particulier, et "Am Ségoula" le peuple choisi, élu, sélectionné par l’Eternel parmi tous les peuples. Les juifs qui sont si friands de superlatifs et  ne doutent pas un instant qu’ils soient le peuple élu, le peuple choisi parmi tous les autres peuples, ne font pas de différence entre les différents qualificatifs figurant dans la Torah, qui les placent  au-dessus des autres nations. Alors, va pour Ségoula !

Ce que je n’ai pas trouvée dans les Commentaires c’est pourquoi la Torah utilise précisément ce mot "Segoula" et pas un autre et, quelle pourrait être sa signification si on se rapporte à sa racine סגל et aux mots qui dérivent de cette racine. Peut-être qu’une analyse sémantique aidera à mieux saisir la spécificité du peuple juif et la singularité de la terre d’Israël à partir des mots et concepts qui dérivent du mot "Ségoula".

Le mot, en hébreu moderne, signifie, entre autres, posséder une ou des qualités rares ou dispositions exceptionnelles que l’on ne partage qu'avec peu de gens ou que l’on est seul à posséder. Dans ce cas  on est qualifié de "Yéhidéi Ségoula", disons happy few. Le sens a été élargi au genre humain en ce qui le différencie des animaux; ainsi, le rire est le propre de l’homme. A l’armée, si vous faites partie d’un groupe restreint de commandants qui prennent les décisions stratégiques, à charge pour les autres de les exécuter, vous faites partie du "Ségél", disons: Etat-Major.

"Segoula" s’applique aussi à un antidote, un moyen efficace de contrer/annihiler des choses ou des tendances néfastes. Ainsi on dit que "le travail est le meilleur remède contre l’ennui",  mais aussi un talisman, une amulette possèdent le pouvoir de lutter contre le mauvais œil,  écartent l’effet maléfique de certains rêves, et pourquoi pas, protègent contre des esprits malfaisants qui rodent, surtout la nuit. En hébreu on emploie aussi le mot קָמִיעַ. Ces amulettes ou bouts de papiers recouverts de signes ésotériques, incompréhensibles pour le commun des mortels, ne sont pas seulement proposés par des Marabouts à Barbès Rochechouart. Ils fleurissent aussi dans les religions dites sérieuses. Ainsi, pour certains Chrétiens, porter sur soi un bout de bois qui est censé provenir de la Croix, est parait-il efficace contre je ne sais trop quoi. Dans le Judaïsme, la croyance dans l’effet bénéfique de petits bouts de papiers écrits par certains sages cabalistes, contre ceci ou cela, et que l’on porte sur soi, est pratique courante. Peut-être que ça marche ?

Partant de la même racine on utilise fréquemment en hébreu moderne l’adjectif "Méssougal" qui signifie capable, compétent, voire talentueux. Es-tu oui ou non "méssougal" de faire telle chose, d’accomplir telle performance ?

Quel lien peut-on établir à ce stade entre la préférence de la part de l’Eternel pour le peuple d’Israël et un antidote contre l’ennui ou le mauvais œil ? A priori cela n’est pas évident sauf si l’on considère que le peuple élu, possédant quelque chose de rare que les autres peuples n’ont pas, est astreint à  une mission particulière à l’égard des autres nations, visant à les soulager de certains maux ou à leur enseigner certaines choses qu’ils ignoreraient.

Ce qui m’intéresse d’avantage c’est le verbe הִסְתַּגֵּל "Histagél" qui dérive aussi de la racine Ségél. "Histagél" signifie s’adapter, s’acclimater, se conformer à une nouvelle situation, à de nouvelles données auxquelles on n’a pas été préparé.  Peut-être est-ce là qu’il faut chercher le génie juif. Il n’y a pas un peuple qui ait autant connu autant de situations imprévisibles - généralement négatives – et qui n’ait pas rebondi pour s’adapter à la nouvelle donne. Les autres peuples, en règle générale, ont suivi un processus d’évolution progressif. Leur évolution s’est faite par douceur, sans à-coups, et quand elles ont eu à réagir à des révolutions ou à une situation nouvelle, elles ont mis des années, voire des siècles à s’y adapter, ou plus généralement, elles sont revenues au modèle ante .

Il n’en est pas de même pour les juifs. Quand les murs du ghetto sont tombés, ils ont entrés immédiatement et de plein pied dans le modernisme. Quand il a fallu commencer à construire l’état juif sur une terre qui ressemblait fort peu aux plaines de Pologne, ils ont su s’adapter à un environnement hostile à tous points de vue. Quand les oranges de Jaffa ont cessé d’être rentables, ils sont entrés dans l’ère de la nanotechnologie. Quand les pays du monde refusaient de vendre des armes à l’Etat juif naissant, Shimon Peres a su passer par la fenêtre quand on lui fermait la porte au nez.

Je me pose donc la question légitime : n’est-ce pas la "Histaglou"t, la capacité caméléonienne du peuple juif qui lui a valu d’être préféré par Hashém aux autres nations ?

Enfin, il est curieux de remarquer que la racine "Ségél" donne naissance à une couleur : "Ségol " que Rashi nous traduit par "violet ". Le peuple juif serait-il une jolie violette ? J’en doute. L’explication serait plutôt à chercher dans la disposition des couleurs dans l’arc-en-ciel.  Il est connu que le rouge est situé à l'extérieur de l’arc et le violet à l'intérieur. La particularité du violet est qu’il peut être à la fois visible et invisible. C’est une couleur fuyante qui peut se confondre avec le fond, qui est généralement gris ou carrément  noir. Cela me fait penser - considération toute personnelle – aux habits juifs qui varient entre les couleurs les plus flashy et le noir absolu qu’affectionnent les ultra-orthodoxes. L’explication la plus vraisemblable résiderait, me semble-t-il, dans la faculté d’acclimatation "Histaglout" du peuple juif dans son univers ambiant ou, à l’inverse à son refus d’adaptation à la modernité. On pourrait également dire que le violet tend à rejoindre les espaces infinis. Certains diraient le "Ein Sof"

Cette courte recherche n’a pas la prétention de résoudre quoi que ce soit mais à nous fournir  des pistes de recherche sur la spécificité juive et, surtout, de mettre le doigt sur la richesse de la langue hébraïque, qui est avant tout une langue de concepts, plus que de mots.