dimanche 18 juin 2017

Le Hamas a plus de sous qu’il n’en faut pour payer sa facture d’électricité à Israël, seulement ça ne l’arrange pas

Il y a dix ans fut créée l’Etat du Hamastan dans la bande de Gaza, abandonnée par les Israéliens deux ans plus tôt. Il s’agit aujourd’hui  d’un Etat dans (presque) tous les sens du terme, si ce n’est  qu’il s’agit d’un Etat mendiant qui ne doit sa subsistance qu’aux bonnes grâces du Qatar. Il n’empêche que le Hamas dispose d’un budget conséquent qui  lui permettrait  sans problème et sans faire appel à l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas,  d’acquitter sa facture d’électricité à son fournisseur israélien. Cette facture ne représente que le dixième de la somme qu’investit le Hamas dans ses fonctionnaires, civils et militaires, dans l’industrie militaire locale,  dans les infrastructures, dont les fameux tunnels qui menacent la sécurité d’Israël et dans le luxe qu’elle réserve à ses dirigeants. Mais le Hamas préfère les photos de familles soi-disant miséreuses qui se chauffent au feu de bois et s’éclairent avec des bougies, qui inondent  la toile et la télé, au bien-être de ses habitants. Tous les jours qu’Allah fait, plus de mille camions bondés de tous les délices pénètrent d’Israël à Gaza, délices sur lesquelles les cadres du Hamas prélèvent  ce qui les tente, plus des taxes bien grasses qui n’arrivent qu’en partie infinitésimale aux habitants de la bande, dont le Hamas se fout comme de sa première babouche.

Le Qatar connait quelques remous, Trumpesques et trompeurs, ne vous inquiétez pas ; qui oserait chercher des noises à ce richissime Etat qui possède des pans entiers de l’Occident. Les finances du Hamas en pâtissent provisoirement. Il cherche donc du financement du côté de la Turquie et de l’Iran. Il les obtiendra. Ses tunnels, il ne les démolira pas. Pourquoi faire ? Le Secrétaire Général de l’ONU n’a même pas jugé opportun de protester après que l’on ait découvert un tunnel creusé sous les locaux de l’UNRRA, "l’Administration des Nations unies pour le secours et la reconstruction  ….  de tunnels". S’il le faut il fera appel à l’aide internationale pour financer l’électricité des Gazzaouis. Au pire, le Hamas déclenchera un énième offensive sur Israël; la guerre ça a du bon, c’est photogénique, ça mobilise les donateurs et les haïsseurs d’Israël.

Mais nous, on s’en fout, s’ils ne règlent pas la facture d’électricité ou le pétrole pour faire marcher les générateurs, on coupera l’approvisionnement, et personnellement je ne payerai plus ma note à Hévrat A'hashmal.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire